Organiser son trek du tour de la cordillère Huayhuash au Pérou

Le tour du Huayhuash, un des plus beaux trek du monde à faire au Pérou. Crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Cette année, je voulais réaliser un de mes rêves : retourner au Pérou pour faire un trek autour de Huaraz. Je nourrissais une ancienne frustration datant de mon voyage de 2018 où j’avais seulement fait les classiques du Pérou avec un itinéraire en 15 jours. L’envie de découvrir les montagnes du nord du pays était très forte. Le tour de la cordillère Huayhuash est réputé pour être un des plus beaux du monde, alors j’ai pris la direction de ces sentiers qui accèdent aux cols à 5000 m d’altitude, face à des glaciers géants et aux plus hauts sommets du Pérou. C’était aussi l’occasion pour moi, de partir pour la première fois en voyage organisé avec un groupe Allibert Trekking.



Le tour du Huayhuash, un des plus beaux treks du monde
Ce qu’il faut savoir pour randonner au Pérou
Comment se manifeste le mal des montagnes ?
Partir au Pérou avec une agence spécialisée en Trekking
Pourquoi choisir Allibert Trekking pour ce séjour ?
Quel est le tarif d’un voyage de 15 jours ?
Comment s’organise le tour du Huayhuash avec Allibert Trekking ? 
Dormir en tente à plus de 4000 m d’altitude 
Voyager au Pérou depuis le Covid
Que mettre dans sa trousse à pharmacie ?
Les dispositifs de sécurité pendant le trek 
Communication et production d’images pendant un trek en autonomie

Le tour du Huayhuash, un des plus beaux treks du monde 

Décrit par jean-Marc Porte comme la Perle des Andes dans son livre « Les plus beaux treks du monde », le tour du Huayhuash est un trek aux panoramas grandioses pour les randonneurs aguerris. Parmi les sommets qui composent cette chaîne de montagne, le Yurupajà est le deuxième plus haut sommet du Pérou. Les campements au bord des lagunes vous laisseront un souvenir impérissable, surtout si vous avez la chance d’avoir un ciel dégagé pour observer la voie lactée qui est d’une grande clarté dans hémisphère sud. Bien que victime de sa réputation avec une hausse de la fréquentation ces dernières années, la cordillère Huayhuash reste un endroit préservé, aux paysages démesurés et incomparables. Il existe une version alpine, plus engagée qui permet d’en faire le tour, et une version en 10 jours qui passe par les sources d’eaux chaudes.

Le tour du Huayhuash en 8 jours au nord du Pérou. crédit photo : Clara Ferrand - blog WIldroad

Quelques chiffres sur le trek de la Cordillera Huayhuash :

  • 8 jours de marche
  • 5 cols au-dessus de la hauteur du Mont-Blanc
  • 100 kilomètres 
  • 5500 m de dénivelé positif
  • 15 lagunas
  • 7 nuits en tente 

Ce qu’il faut savoir pour randonner au Pérou

La cordillère des Andes traverse l’Amérique du sud à l’ouest, de la Colombie à l’Argentine en passant par le Pérou. Tout comme les Alpes en Europe, cette grande chaîne de montagne est constituée de plusieurs massifs, appelés également cordillèresLe plus haut sommet du Pérou, se trouve dans la cordillère blanche, il s’agit du Huascaran, qui culmine à 6768 m d’altitude. Lorsqu’on randonne dans le pays des Incas, on est totalement dépaysé aussi bien par les panoramas grandioses que par la flore très différente de celle que l’on connait en France. 

Randonner en altitude au nord du Pérou. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Comment gérer l’acclimatation avant un trek ?

Lorsque vous atterrissez à Lima, la capitale du Pérou, vous êtes au niveau de l’Océan pacifique. Le trajet pour aller jusqu’à Huaraz au nord du pays, se fait en bus de ligne en 8 h. À ce moment-là, vous commencerez déjà à ressentir les effets de l’altitude. Le bus emprunte une route qui passe à 4000 m d’altitude, avant de redescendre à 3052 m pour atteindre Huaraz

Prévoyez de passer quelques jours à Huaraz, idéalement 3 ou 4 jours, avant de partir en trek itinérant. Vous pouvez prévoir de randonner jusqu’à la Laguna 69 ou bien dans la cordillère Noire. Lors de votre première randonnée à plus de 3000 m d’altitude, vous serez essoufflé, il faudra marcher à un rythme plus lent que celui auquel vous êtes habitué et bien penser à vous hydrater correctement. Notre guide nous a conseillé de boire entre 3 et 4 litres d’eau pendant une randonnée. 

S'aclcimater avant de partir en trek autour de Huaraz avec Laguna 69. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Comment se manifeste le mal des montagnes ?

Avec l’altitude, la pression atmosphérique diminue, et donc l’oxygène est disponible en moins grande quantité dans l’air. Le corps a besoin d’un temps d’acclimatation afin de produire plus de globules rouges pour acheminer l’oxygène dans votre organisme. Il est fréquent de ressentir un léger mal de tête lorsqu’on monte en altitude. Cependant, si celui-ci persiste et s’accompagne des symptômes ci-dessous, il faudra redescendre rapidement à des altitudes plus raisonnables. 

Les symptômes du mam :

  • Maux de tête
  • Nausées
  • Perte d’appétit
  • Respiration bruyante et fastidieuse 

Quelle est la meilleure période pour randonner ? 

L’hiver austral s’étend de mi-mai à mi-septembre, c’est la saison sèche au Pérou. Dès qu’on monte en altitude les températures chutes. Nous avons eu jusqu’à -5 degrés un matin lors de mon trek, alors que nous étions à 4300 m d’altitude. Cependant, il s’agit d’un froid sec et pas humide comme on peut le connaître en France, je trouve cela plus supportable. Dans les montagnes, il se peut que vous ayez des épisodes neigeux, mais cela reste rare. 

Quelle est la meilleure période pour randonner au Pérou ? crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Se préparer physiquement pour le Pérou

Il est important d’avoir une bonne condition physique pour vous lancer dans le tour du Huayhuash, qui est réputé comme l’un des plus durs au monde. Vous devez être en mesure d’avoir assez d’endurance pour partir 7 jours en autonomie. Là-bas, vous serez loin de tout, à plusieurs heures voir journées du premier village desservi par une route. Partez au moins une fois en trek en France pour tester votre condition physique, mais également votre force mentale. 

Quelques mois avant mon départ, j’avais repris la natation ainsi que l’escalade pour travailler mon cardio et m’aider à gérer mon souffle. Je randonnais au minimum une fois par semaine, en faisant entre 600 m et 800 m de dénivelé. Malgré cela, une fois sur place, j’ai trouvé que je manquais d’entraînement. Le groupe a été d’un grand soutien lorsque je doutais de moi, et j’ai pu finir le trek avec tous les autres participants. 

Partir au Pérou avec une agence spécialisée en Trekking

Allibert Trekking est l’agence de référence dans les séjours de randonnée organisés dans le monde entier. Depuis 1975, elle propose des voyages extraordinaires aux quatre coins du monde : Himalaya, Tanzanie, Pérou, Madagascar… Les circuits proposés vous promettent des étoiles dans les yeux ! Le Pérou est une des destinations phare d’Allibert Trekking, qui propose aussi des extensions qui vous emmèneront au Machu Picchu l’une des 5 merveilles du monde, ou encore au bord du Lac Titicaca. 

Partir avec une agence de voyage au Pérou. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Pourquoi choisir Allibert Trekking pour ce séjour ?

Il est possible de réaliser le tour du Huayhuash par vous-même ou en passant par une agence locale. Cependant, vous ne bénéficierez pas de la garantie du bon déroulement de votre trek. Certes, lorsqu’on regarde le prix du voyage proposé par Allibert Trekking c’est assez conséquent, mais si vous choisissez de l’organiser par vous-même, vous arriverez à peu près au même montant. Les billets d’avion sont la plus grande dépense, surtout en haute saison. Ensuite, Allibert Trekking travaille depuis plus de 20 ans avec les mêmes guides, ils vous assurent un service de qualité où chaque participant est traité comme un membre à part entière du groupe. 

À votre arrivée sur place, vous serez pris en charge par une guide francophone qui vous accompagnera pas à pas dans votre voyage. Une fois à Huaraz, une guide sur place prendra le relais et ça sera ce même guide qui vous accompagnera sur le trek

Quel est le tarif d’un voyage de 15 jours dans les Andes péruviennes ?

Le tour de Huayhuash est accessible à partir de 2875 euros. 

Le voyage sera confirmé à partir de 5 personnes inscrites. Retrouvez tous les témoignages des voyageurs qui ont réalisé ce trek sur le site d’Allibert Trekking.

Le prix comprend : 

  • Le vol Paris-Lima aller-retour en classe économique
  • Les taxes d’aéroport
  • Les nuits d’hôtel en chambre double, petits déjeuners compris
  • Les trajets au sol nécessaires au déroulement du voyage
  • Le matériel de camping et de cuisine collectif et individuel
  • La nourriture pendant tout le voyage, sauf les repas de midi et du soir à Lima et Huaraz
  • Un guide accompagnateur Allibert et ses frais
  • L’assistance d’une équipe locale (cuisinier, muletiers, chauffeurs)
  • L’entrée du parc national de Huascaran et l’accès à la cordillère Huayhuash
  • Une trousse de premier secours
  • Un caisson hyperbare

Le prix ne comprend pas : 

  • L’assurance annulation/interruption de séjour/perte de bagage et assistance
  • L’acheminement jusqu’à Paris depuis votre lieu de résidence
  • Les boissons
  • Les pourboires pour les guides et l’équipe (environ 80 euros) 

Comment s’organise le tour du Huayhuash avec Allibert ?

Voyager avec une agence, c’est déléguer totalement l’organisation de votre séjour. Vous n’aurez rien à prévoir, les hébergements et les repas seront déjà prévus et réservés. Ci-dessous, je vous détaille les services auxquels vous aurez droit avec Allibert Trekking

Randonnez accompagnés de guides expérimentés 

Sur le tour de Huayhuash, j’étais accompagnée de Mercedes, une guide francophone expérimentée, qui accompagne de nombreux treks au départ de Huaraz. Elle est passionnée par les montagnes péruviennes qu’elle connaît par cœur. Pendant mon séjour, son assistant guide était Christian, un trentenaire venu de Cusco spécialement pour le trek. Tous deux formaient un duo très complémentaire, avec lequel nous nous sentions en sécurité. 

Que mange-t-on pendant le trek ?

De mon premier voyage au Pérou, je me rappelais d’une alimentation épicée. Cependant, sur un trek comme le tour du Huayhuash, les cuisiniers s’adaptent aux goûts européens afin que l’on puisse digérer facilement la nourriture et éviter les désagréments intestinaux. 

Quels sont les repas sur le tour du Huayhuash au Pérou. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Au petit-déjeuner, nous avions des tartines, du café et du thé. À cela s’ajoute chaque jour un met différent : œuf brouillé, pancake, pain perdu…Notre cuisinier ne manquait pas d’imagination. 

Le midi, on nous servait des salades froides à base de pâtes ou de riz avec des légumes et de la viande. 

Pour le goûter à 16h une fois arrivée au camp de base, l’équipe nous servait un encas dans la tente principale : pop-corn, feuilleté au fromage, biscuit apéritif… 

Au dîner, nous nous retrouvions autour d’un repas convivial avec une soupe en entrée, suivie d’un plat copieux. Nous avons toujours mangé très varié et à notre faim. 

Si vous avez un régime alimentaire particulier, il est tout à fait possible d’adapter le menu pour vous. Il suffit de bien vous signaler à l’agence avant le départ, puis de valider avec le guide sur place avant le début du trek. 

Acheminement et déplacement sur le sol péruvien 

Allibert Trekking vous fournira quelques semaines avant votre départ votre billet d’avion accompagné de votre convocation pour ce voyage. Pour ce séjour, notre vol était opéré par la compagnie espagnole Air Europa, au départ de Paris Orly avec une correspondance par Madrid. Avant d’embarquer, vérifiez bien quels seront les services pour les repas effectués à bord, car cela est très variable d’une compagnie à l’autre. Par exemple, avec Air Europa nous devions prévoir notre petit-déjeuner ou payer un supplément à bord. Cependant, le dîner était bien inclus et servit deux heures après le début du vol. 

Une fois sur place, nous avons effectué des transferts en mini-bus privatisé entre les points à l’intérieur de la même ville ou région. 

Déplacement en mini-bus régional pendant un voyage au Pérou. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Pour le transfert de Lima à Huaraz, nous avons emprunté la ligne nationale de bus avec la compagnie Movil Bus, qui offre un service tout à fait correct avec des sièges confortables. Lorsqu’on fait 8 h de bus, c’est agréable de pouvoir positionner son siège en mode couchette et brancher son téléphone en USB pour le charger. 

Les grandes lignes de bus de lima à Huaraz. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Le transport de bagages d’étape en étape

Le tour du Huayhuash est un trek exigeant, alors le transport de bagages est un service qui vous soulagera et vous permettra de mieux profiter de votre expérience. Nous avions un poids maximum de 18 kg par sac à ne pas dépasser afin que notre sac soit transporté par les mules

Chaque semaine, les muletiers préparent le troupeau qui partira pendant une semaine de trek. Les animaux ne sont pas les mêmes d’une semaine sur l’autre, ce qui leur permet de se reposer. Les mules sont le seul moyen de transporter les bagages des participants ainsi que tout ce qui a trait au campement, car il n’y a aucun accès routier. Cependant, les muletiers empruntent parfois un chemin différent de celui des randonneurs, moins pentu pour les animaux. 

Privilégier un sac du type duffle bag, si possible étanche. Vérifiez que le poids initial du sac vide ne soit pas déjà trop élevé. 

Les muletiers qui transporte les bagages sur le tour du Huayhuash. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Dormir en tente à plus de 4000 m d’altitude

Chaque jour, le campement est installé par les muletiers qui arrivent bien plus tôt que les randonneurs sur le lieu du bivouac. Les tentes que nous avions étaient des North Face Summit Edition, adaptées aux conditions hivernales. Nous avions assez d’espace à deux dans les tentes, ce qui était agréable surtout lorsque nous avions des après-midis pluvieux. 

Dormir en tente à haute altitude pendant un trek organisé. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Dans notre pack camping, nous avions aussi un matelas en mousse très confortable. Au point que j’ai totalement abandonné l’idée d’utiliser mon matelas gonflable qui glissait sans arrêt. 

Sur le campement, nous avions une tente pour les cuisiniers, et une tente commune où nous partagions les repas. Chaque campement était doté de toilettes plus ou moins sophistiquées, allant du WC avec chasse d’eau, au simple trou entre quelques planches de bois. 

Les toilettes du campement sur le trek. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Que prendre dans son sac à dos pour un trek dans les Andes ?

Côté vêtement : 

  • Deux tee-shirts en mérinos
  • Deux pantalons de trek
  • Des sous-vêtements
  • Deux paires de chaussettes en laine mérinos 
  • Une sous couche en laine mérinos pour la nuit (bas et haut) 
  • Des chaussettes chaudes pour la nuit 
  • Une paire de gant léger
  • Une paire de gant Gore Tex 
  • Un tour de cou
  • Un bonnet 
  • Une polaire
  • Une doudoune bien chaude
  • Un coupe-vent imperméable
  • Un pantalon de pluie 
  • Des chaussures de randonnée montante ou mid 
  • Une paire de chaussure relax pour le camp 

Accessoires : 

  • Des lunettes de soleil indice 3 ou 4
  • Une casquette 
  • Une serviette micro-fibre 
  • Un gant 
  • Papier toilette + sac de poubelle 

Trousse de toilette : 

  • Des boules Quies
  • Un masque pour les yeux 
  • Un baume à lèvres
  • Crème pour les mains 
  • Crème anti-frottement pour éviter les ampoules
  • Un savon biodégradable
  • Des petits ciseaux à ongle 
  • Un kit de couture 
  • Du ruban adhésif 

Matériel de camping : 

  • Un duvet – 10 degrés C confort Therm-a-rest
  • Un coussin gonflable Sea To Summit
  • Une lampe frontale 
  • Des chaussons en duvet pour les pieds frileux 
  • Un matelas gonflable 

Les avantages de partir en groupe pour ce type d’aventure

Nous étions un groupe de 9 personnes de 30 à 75 ans, de toute la France.J’étais la benjamine et sûrement aussi la moins expérimentée du groupe en matière de trek. Alors qu’ils avaient déjà tous fait le Népal et presque tous un sommet à 6 000 mètres d’altitude, j’essayais de ne pas me dévaloriser.L’important dans ce genre de séjour est de se nourrir de l’expérience des autres et d’en faire une force.

Voyager un groupe pour un trek au départ de Huaraz. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Au 5e jour, lorsque je suis tombée malade et que ma situation a commencé à m’inquiéter, ils veillaient tous pour que je m’alimente et que je continue à m’hydrater alors que je n’avais plus de forces. Je suis repartie du Pérou bien plus grandie que lorsque j’y suis arrivée grâce aux partages et à la bienveillance du groupe.

Voyager au Pérou depuis le Covid

La crise sanitaire a secoué les pays d’Amérique du Sud dont le système de santé n’est pas aussi développé que chez nous. Le Pérou reste marqué par le COVID et les habitants ainsi que les touristes sont dans l’obligation de porter un masque en extérieur et dans les lieux de vie. 

À votre entrée sur le territoire et lors de vos déplacements en transport collectif, vous devrez montrer un schéma de vaccination complet. Il pourra même parfois vous être demandé à l’entrée de supermarché. 

Voyager au Pérou depuis la crise sanitaire du Covid. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Santé et sécurité, quels sont les risques d’un voyage au Pérou ?

Le Pérou est un pays dont certaines zones demandent une vigilance accrue. Comme dans tout autre pays étranger, ne perdez jamais de vue vos affaires de valeurs et gardez sur vous votre pièce d’identité ainsi que vos moyens de paiement. 

Quelles sont les précautions à prendre pour votre santé et sécurité au Pérou ? crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Côté santé, l’eau n’est pas potable au Pérou, veillez à ne boire que de l’eau minérale afin d’éviter une infection par l’eau. De même il faut prendre des précautions avec la nourriture, surtout si vous avez des intestins fragiles. Ne consommez pas de fruit ou de légume qui aurait pu être lavé avec de l’eau du robinet.

Quelle assurance voyage choisir ?

Lorsque je voyage à l’étranger, je souscris à une assurance voyage afin de m’assurer une prise en charge en cas de problème de santé ou d’accident. Les imprévus n’arrivent pas qu’aux autres, et lorsqu’il faut engager des frais médicaux cela peu vite faire monter l’addition. Au vu du risque d’avoir le mal des montagnes, je vous recommande grandement d’en prendre une. 

Quelle assurance voyage choisir pour un voyage à l'étranger en Amérique du Sud ? crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Chapka Assurance propose des contrats complets comme le pack assistance 24h/24h auquel vous pouvez souscrire directement en ligne à partir de 24 euros. Vous pourrez bénéficier d’une assistance rapatriement, de la prise en charge des frais médicaux et hospitalisation jusqu’à 100 000 euros, de retour anticipé, d’une assurance bagage…

Que mettre dans sa trousse à pharmacie ?

Avant votre départ, l’agence Allibert Trekking s’occupera de vous fournir une liste de médicaments pour votre trousse à pharmacie personnelle. J’étais sceptique à l’idée d’avoir à utiliser autant de médicaments, et au final à cause d’une infection des intestins, j’étais ravie de pouvoir compter sur ma trousse à pharmacie. 

Que mettre dans sa trousse à Pharmacie pour un voyage au Pérou ? crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Voici quelques médicaments essentiels : 

  • Désinfectant
  • Antalgique de type paracétamol
  • Compresses stériles 
  • Fluidifiant sanguin du type aspirine
  • Pastille pour les maux de gorges
  • Biafine et crème solaire
  • Antibiotique intestinal 
  • Antibiotique à large spectre 
  • Antiacide contre les brûlures d’estomac
  • Antidiarrhéique du type Tiorfan 
  • Diamox 
  • Pastille purifiante pour l’eau 
  • Spasfon 
  • Crème très grasse du type homéoplasmine

Au Pérou, vous pourrez également trouver des pilules Alti Vital en pharmacie. Ce sont des comprimés à base de plantes et de coca, qui vous aideront à supporter le mal des montagnes

Les dispositifs de sécurité pendant le trek

Lors du trek, nous avons plusieurs éléments additionnels afin d’assurer notre sécurité et un contact avec les secours en cas de problème : 

  • Un téléphone satellite : nous n’avions pas de réseau téléphonique classique sur le trek, alors le téléphone satellite était le seul moyen de rentrer en contact avec la civilisation et notamment les médecins si besoin
  • Un caisson hyperbare : ce système permet d’isoler une personne atteinte du mal des montagnes, en la plaçant dans un environnement où la pression est modulable. À utiliser uniquement en cas de mal des montagnes aigu et de dernier recours avant de redescendre à de plus basses altitudes. 
  • Un cheval de secours : Blanco était un cheval mis à la disposition des participants, s’il l’un d’entre nous ne se sentait pas bien. Vous le découvrirez dans le récit de l’aventure, mais c’est le seul dispositif d’urgence qui a été déclenché durant ce trek, qui plus est pour moi. 

Communication et production d’images pendant un trek en autonomie

Lors de ce trek, j’avais pour projet de produire des images et des vidéos avec mon appareil photo et mon téléphone. J’ai appliqué quelques astuces afin de m’assurer assez d’énergie pour tout le trek. Pendant le tour du Huayhuash, nous n’avions pas du tout accès à des prises électriques

Le réseau mobile au Pérou 

Si vous souhaitez pouvoir utiliser votre téléphone au Pérou, vous avez deux options : 

  • Une carte SIM prépayée à acheter dans un office du tourisme à Lima à votre arrivée (70 soles / 5 GB, 110 soles / 5 GB, 150 soles / 30 GB )
  • Une e-SIM qui peut être acheté en ligne et vous permet de bénéficier d’une connexion web.

Honnêtement, sur un voyage comme celui-ci en plein cœur de la montagne où il n’y a jamais de réseau, j’ai préféré ne pas acheter de carte SIM et me connecter uniquement au réseau WIFI des hôtels avant et après le trek. 

Faut-il un adaptateur pour les prises électriques ?

Les prises électriques du Pérou sont adaptées pour nos prises françaises, vous n’aurez pas besoin d’adaptateur pour vous brancher. 

Comment gérer les batteries pendant un trek en autonomie ?

Au total, nous avions 8 jours sans accès à l’électricité dans des conditions où le froid peut également jouer sur le niveau des batteries. Afin de minimiser l’action du froid, j’ai stocké toutes mes batteries dans des housses isothermes initialement destinées aux gourdes, que j’ai trouvé chez Décathlon. 

Choisir la bonne batterie externe pour son téléphone

Pour ce trek, j’ai choisi d’emporter une batterie externe de la marque Varta avec une capacité de 20 000 mAh, qui pèse 435 g et permet de charger 7 à 8 fois mon Iphone 12. J’avais tout de même prévu une batterie externe supplémentaire, mais je n’ai pas eu à l’utiliser. J’ai pu économiser beaucoup de batterie en laissant mon téléphone en mode avion et en désactivant bien le Bluetooth et la recherche de réseau. Je gardais mon téléphone sans arrêt sur moi, dans une poche interne afin qu’il bénéficie de ma chaleur corporelle

Faire des photos avec un appareil photo sur le trek

En tant que photographe professionnelle, j’emporte toujours mon appareil photo réflexe Canon R5 quelque soient les conditions. Pour ce reportage, j’ai décidé de faire des plans vidéos en plus de mes photographies, ce qui consomme beaucoup plus d’énergie. 

Mon équipement photo pour mon voyage au Pérou : appareil photo, objectif, batterie... crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

J’ai emporté autant de batteries que de nombre de jours. J’ai trouvé un pack avec deux batteries et un chargeur double à un très bon prix sur Amazon. Bien que je ne sois pas une grande fan des achats en ligne sur ce site américain, je dois dire que le rapport qualité prix est bluffant. Ces deux batteries supplémentaires achetées juste avant mon départ pour 33,99 euros m’ont permis de vivre le trek sereinement, sans craindre la panne. 

Retrouvez le récit jour par jour de cette aventure avec mon article sur mon trek dans la cordillera Huayhuash. 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à l’enregistrer sur Pinterest avec les images ci-dessous. 

À bientôt sur Wildroad !

Cet article fait suite à une invitation de l’agence spécialisée en trek Allibert Trekking. Je remercie chaleureusement Aurélie de m’avoir permis de réaliser ce rêve en compagnie de mon amie blogueuse Laura alias Foutrak.  

Un commentaire

  1. Un très bel article avec des photos qui donnent envie de s y rendre pour sentir cette ambiance Le reportage est touchant et témoigne de cette belle expérience ! Merci Clara pour ce partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *