Le Massif des Vosges : randonner et dormir dans un refuge non-gardé

faire une randonnée pour découvrir les refuges non-gardés des Vosges

Pour débuter l’année 2020 j’ai eu l’envie de partir dans les Vosges pour un retour aux sources. En effet après avoir habité plus de 7 ans à Belfort, une ville située à l’entrée du massif des Vosges, il était temps que je revienne dans le coin pour rendre visite à ma famille et explorer les horizons. Pour les premiers jours de l’année, j’ai décidé de faire une randonnée en plein cœur du massif des Vosges, à la découverte de plusieurs refuges non-gardés et de dormir dans l’un d’eux. Cet itinéraire de randonnée a été réalisé autour du petit et grand Brézouard. Il permet de passer par 4 refuges non-gardés tout en aillant un magnifique point de vue sur le Val d’Argent et la vallée de Kaysersberg. 


Sommaire : 
Comment se rendre dans le massif des Vosges ?
Trouver un refuge non-gardé dans le massif des Vosges
Ce qu’il faut savoir les refuges non-gardés du Club Vosgien
Les règles de conduite pour dormir dans un refuge non-gardé
Que prendre avec soit pour dormir dans les Vosges ?
Itinéraire de la randonnée des 4 refuges par le petit et grand Brézouard 

Comment se rendre dans le massif des Vosges ?

  • Depuis Paris en train, comptez 2h30 heures (60 euros allers-retours) pour vous rendre à Colmar, de là prenez le bus 145 en direction de Lapoutroie pour vous arrêter au Bonhomme. 
  • En voiture depuis Paris, comptez environ 5h40 de route pour rejoindre la vallée de Kaysersberg. 

Comment trouver un refuge non-gardé dans le massif des Vosges ? 

Il existe un grand nombre de refuges non-gardés dans le massif des Vosges. Le plus part sont entretenus par le club Vosgien qui s’occupe également de l’entretien des sentiers de randonnée. Le site internet Refuges Info référence toutes les cabanes non-gardées, les refuges et les abris partout en France. Vous pouvez passer des heures sur ce site à chercher la cabane parfaite qui répondra à vos attentes. Après chaque aventure, les internautes mettent à jour les informations sur ce site et vous pouvez ainsi connaître l’état du refuge. Sachez que certains de ces refuges non-gardés sont vraiment très fréquentés et qu’il vaut mieux s’y rendre en pleine semaine et hors vacances scolaires pour espérer être un peu tranquille. 

Si vous n’avais pas cherché le refuge au préalable sur le site Refuges Info, vous pouvez aussi les trouver sur les cartes IGN. Il sont représentés par des icônes en forme de maison.

comment trouver un refuge dans le massif des vosges pour y passer le nuit
Le fuste de l’étoile

➔ Ce qu’il faut savoir sur les refuges non-gardés du Club Vosgien

Le club Vosgiens met à disposition ces refuges pour que les randonneurs puissent trouver un abri lors d’un trek sur plusieurs jours. Vous pouvez également décider de vous y rendre seulement pour passer la soirée et profiter de cette parenthèse dans la nature pour passer un moment avec vous-même. Ces refuges ne sont pas tous en bon état, cela est dû au climat capricieux, mais également aux dégradations infligées par différents passants. Leur accès est totalement libre, vous n’avez pas besoin de clé ou quoique ce soit pour entrer dans un de ces refuges. Autre chose importante à savoir : il n’y a pas électricité, tout se fait à la lueur de la bougie ou de la lampe frontale (moins glamour). 

Les règles de conduite pour dormir dans un refuge non-gardée

  • Si vous utilisez du bois pour le poêle, veuillez à toujours en remettre en quantité suffisante à côté pour que le prochain ne se retrouve pas dépourvue en cas de pluie.
  • Si d’autres randonneurs arrivent après vous, faites leur un peu de place (autant que possible), pour partager l’endroit avec eux. Cette cabane est un bien collectif et doit le rester.
  • Si vous devez faire vos besoins, éloignez-vous assez de la cabane et enterrez vos crottes. 
  • Fermez bien les fenêtres et les volets (surtout en hiver) pour bien garder la chaleur. 
  • Remportez tous vos déchets, ne laissez aucune bouteille en verre ou quoique ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du refuge. 
  • Éteignez bien toutes les bougies et le poêle avant de partir, cela évitera un incident. Pas mal de refuges non-gardés sont victimes d’incendie. 

Que prendre avec soit pour dormir dans les Vosges ?

  • Un duvet : selon la saison, prévoyez un duvet plus ou moins chaud. En hiver, j’ai préféré prendre un duvet de 0 degré confort, mais en été vous pourrez vous contenter d’un 10 degrés de confort.
  • Un matelas de trek : même si les refuges possèdent parfois des lits de camp, prévoyez quelque chose pour mettre entre le sommier et votre duvet. Pour ma part, j’avais pris mon matelas gonflable Thermarest ProLite.
  • Une lampe frontale, pour partir chercher du bois lorsque la nuit tombe ou tout simplement pour s’éclairer à l’intérieur du refuge. 
  • Des bougies ou chauffe-plat : même si vous en trouverez sûrement déjà quelque unes sur place, il est préférable d’en avoir avec soi. Si vous pouvez entièrement vous éclairer à la bougie le soir, c’est quand même plus agréable qu’une frontale. 
  • Un opinel : un couteau ça sert toujours, aussi bien pour couper le saucisson que pour faire des copeaux de bois afin de faire démarrer le feu dans le poêle. 
  • Un allume-feu : pour allumer le poêle plus rapidement
  • Du papier toilette, pour se moucher ou faire autre chose…
  • Une bouteille de bière : parce que c’est plus conviviale que l’eau de la source et ainsi vous oublierez plus vite qu’il fait froid. 
  • De la cancoillotte et du pain : faut-il redire que c’est toujours mieux de prendre des bonnes choses avec soit ? 

Et si après vous êtes à court d’idées sur ce que vous pouvez faire dans cette cabane, je vous invite à lire l’article de Vosges – 101 choses à faire dans une cabane dans les bois. 

Itinéraire de la randonnée des 4 refuges par le petit et grand Brézouard 

Cette randonnée est largement réalisable en une journée, mais j’ai préféré la découper en deux afin de passer une nuit dans un refuge non-gardé. Le deuxième jour, nous avions seulement une heure de marche pour rejoindre la voiture garée à l’auberge du Haycot.

Pour établir l’itinéraire de cette randonnée, j’ai croisé par mal d’informations et surtout, j’ai consulté le blog Vosges qui peut, qui est une mine d’informations sur le massif des Vosges. 

Informations pratiques sur la randonnée

Durée : 4h30
Distance : 16 km
Dénivelé : + 870 m -777m
Départ : Auberge du Haycot
Niveau : facile/moyen


Point le plus haut : Grand Brézouard 

1 ère étape : Départ depuis l’auberge du Haycot au refuge des Fontaines

Cette première étape ne présente aucune difficulté, comptez environ 20 minutes pour rejoindre le premier refuge. Depuis l’Auberge du Haycot vous devez suivre le sentier qui mène en direction d’Echery et St-Marie-aux-mines. Le sentier descend à travers un sous-bois, en contrebas du grand Brézouard. 

Le refuge des fontaines se trouve dans un creux, vous ne le verrez qu’à la dernière minute. Ce refuge n’est pas forcément beau de l’extérieur, mais il est quand même sympa à voir pour son intérieur tout en bois avec ses vieilles bouteilles de vins transformées en bougeoirs. Le refuge a une capacité de 2 à 4 personnes pour une nuit même s’il faudra vous contenter d’un banc. 

2ème étape : Des fontaines au Fuste de l’étoile

Pour cette étape, nous avons failli nous perdre car le sentier n’est pas bien fléché lorsqu’on redescend le sentier depuis les fontaines pour rejoindre une route de forêt. À ce croisement, seul St-marie-aux-Mines est indiqué à gauche, sauf qu’il vous faudra prendre à droite, pour rejoindre le refuge du Fuste de l’étoile. Comptez un peu près 45 minutes de marche sur le même grand chemin pour atteindre le refuge. Tout le long de ce chemin, vous aurez une magnifique vue sur le Val d’Argent, la vallée qui se trouve à gauche du sentier. 

Arrivés au fuste de l’étoile, nous nous sommes accordé une petite pause cancoillotte. L’intérieur du refuge était bien chaud, car le poêle venait d’être mis en fonction par un randonneur. Le refuge du fuste de l’étoile a été reconstruit après un incendie il n’y a pas si longtemps de cela. Depuis le refuge est très prisé, il est fait en rondins de bois et son toit est recouvert d’herbes hautes. À l’intérieur, il y a 2 couchages d’appoint et un grand banc qui peut également servir en tant que tel. 

3éme étape : Du fuste de l’étoile au Petit Brézouard et son refuge

Depuis le Fuste de l’étoile, nous avons dû rebrousser chemin en direction du petit Brézouard. Le sentier qui monte au sommet est très discret, heureusement nous l’avions repéré à l’allée car on peut facilement passer à côté sans le voir. Ce sentier donne accès au petit Brézouard en passant par un magnifique sous-bois caractéristique des Vosges. Cette étape est la seule difficulté de cet itinéraire de randonnée, comptez environ 1 heure de montée pour arriver au refuge. Une fois en haut, nous rencontrons d’autres personnes qui font une pause et Françis, un randonneur qui a décidé de passer la nuit ici. Françis connaît bien les lieux, ce qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur le massif et surtout où nous pouvons trouver de l’eau. Je dirais que la difficulté d’une randonnée dans les Vosges est lorsque vous êtes sur les sommets, de repérer les rares sources. 

Avant de reprendre notre route en direction du dernier refuge où nous avons décidé de passer la nuit, nous sommes montés jusqu’au sommet du petit Brézouard qui offre un magnifique panorama sur la plaine d’Alsace et les petits villages comme Kaysersberg. La vue sur les Vosges était vraiment impressionnante, et tout cela était encore plus beau car baigné par la lumière d’une fin de journée d’hiver. 

Le refuge du petit Brézouard est le plus grand des 4 refuges non-gardés de cet itinéraire. Il est également le plus fréquenté et squatté le week-end. Le rez-de-chaussée est équipé d’un gros poêle avec une immense table à manger. Tant dis qu’à l’étage des lits de camp ont été installés pour accueillir les randonneurs. Si vous cherchez un refuge pour un petit groupe c’est l’idéal, mais ne misez pas tout dessus, car il est vite rempli. 

4ème étape : Du Grand Brézouard au Plat et au refuge pour passer la nuit

Avant dernière étape de cette randonnée, la descente vers le Plat et notre refuge pour la nuit. Après la randonnée que nous avions faite pour le nouvel an, mon genou avait un peu souffert et mes douleurs se sont accentuées avec la descente du grand Brézouard vers le Plat. Nous avons descendu plus de la moitié du dénivelé positif fait dans la journée. À notre arrivée au Plat, nous avons dû chercher la source située à 500 mètres de là pour nous approvisionner en eau. C’est Alex, qui est parti à l’exploration et qui a pas mal galéré à la trouver, pour au final avoir le droit à une source qui coulait avec un débit faible. 

Le refuge, peu connu et dont je tairais le nom pour qu’il le reste, se trouvait à quelques mètres du Plat. Lorsque nous sommes arrivés sur place, il y avait déjà deux randonneurs, qui ont finalement décidé de passer la nuit dans un autre refuge à 20 minutes de là. Ce refuge était équipé de deux lits superposés fait avec des planches de bois, d’un poêle (bouché) et d’une table pour manger. L’intérieur m’a fait penser à une cabane de trappeur, car il y avait une petite hache avec des fléchettes accrochées aux murs, puis aussi des cadres avec de vieux dessins d’animaux.

5ème étape : Du plat à l’auberge du Haycot

Du plat nous avons mis 1 heure pour rentrer au parking de l’auberge du Haycot, nous avons suivi les croix jaunes pour rester sur le bon chemin. Globalement, les sentiers sont bien balisés grâce au club Vosgien qui s’occupe de réaliser des itinéraires pour les randonneurs. Cependant, je vous conseille quand même d’avoir toujours avec vous une carte IGN de la région, afin de pouvoir moduler votre itinéraire comme cela vous chante. 

La suite de mon aventure dans les Vosges est à lire dans mon article sur le bivouac du nouvel an au col d’OberlauchenSi ce récit vous a plus, je vous invite à laisser un petit commentaire et à partage l’article sur vos réseaux sociaux. 

À bientôt sur WildRoad ! 

2 Commentaires

  1. Mille mercis pour ton article et ces belles photos Clara ! Suite à tes stories instagram, c’est décidé, je pars dans 10 jours dans les Vosges pour prendre l’air et me dégourdir les jambes. J’attends avec impatience ton prochain article avec ton bivouac au col d’Oberlauchen !

    1. Hello Mathilde, je te remercie pour ton commentaire, ça fait chaud au coeur de voir que je peux en inspirer d’autres à découvrir cette belle région. Tu verra 10 jours ça passe vite, mais c’est déjà bien pour découvrir ce massif 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *