Le désert de Wadi Rum en eco-tourisme

Ma visite dans le désert de Wadi Rum était un des moments que j’attendais le plus lors de mon voyage en Jordanie. Ce désert est connu pour son sable rouge et ses gros blocs monolithes qui rappelent la topologie de la planète Mars. Plusieurs films ont été tourné là bas dont Lawrence d’Arabie et Seul sur Mars. Cette zone est classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO et elle est répartie entre le sud de la Jordanie et l’ouest de l’Arabie Saoudite.

wildroad_wadirum-jordan-guide-12

Choisir son hébergement dans le desert :

Avant de partir en Jordanie j’ai contacté Anne une française installée depuis 30 ans en Jordanie, qui propose des séjours dans le désert qui respect l’environnement. Il faut savoir qu’il existe une grosse offre en terme d’hébergement dans le desert mais peu sont éco-responsable. Sachez que le tourisme dans cette zone est très controversé car l’affluence des touristes dégrade le paysage. Certains hommes d’affaires ont flairé ce business et trouve un moyen pour construire en plein desert des bulles afin qu’on se croit vraiment « seul sur mars ». Seulement, peu de touristes choisissant se type d’hébergement, se rendent compte que les fondations en bétons sont nocives pour l’environnement.

wildroad_wadirum-jordan-guide-6

Wadi Rum Jordan Guide

Lors de mon passage de ce désert je voulais effectuer un reportage sur l’évolution de l’environnement et l’impact du tourisme. Les bédouins qui travaillent avec Anne prennent en compte ces questions lorsqu’ils reçoivent des touristes. En décembre, je ne pensais pas dormir à la belle étoile dans le désert et c’est pourtant ce que l’on a fait. Avec deux grosses couverture je n’ai pas eu froid et le spectacle du ciel qui scintille a duré toute la nuit, un vrai régale pour les yeux. D’un point à un autre nous nous déplaçons en 4×4 car nous n’avons pas d’autres choix pour rejoindre les points très espacés. Lorsque nous arrivons sur des gros points d’intérêt touristiques ont voit tout de suite la pollution : des bouteilles de plastique qui traînent, des graffitis, des papiers de mouchoir dans les zones pipi… Dans le désert personne ne viendra nettoyer derrière vous. Il faut prendre conscience qu’il n’y a pas de retour possible pour certaines dégradations, et que c’est à nous, touriste, de prendre soin de cet héritage autant que pour les Bédouins.

 

wildroad_wadirum_jordaniewildroad_wadirum-jordan-guide-3wildroad_wadirum-jordan-guide-10

2 Commentaires

  1. Salut Clara
    Très bel article !
    Je pars avec ma maman en Jordanie en avril et nous allons passer deux nuits dans le Wadi rum justement.
    Aurais tu les coordonnées d’Anne et pourrais tu me dire combien cela t’a coûté stp?
    Merci d’avance
    Bon dimanche 🙂

    1. Bonjour Élodie,

      voici le mail avec lequel tu peux contacter Anne : wadirumbedouinfriends@gmail.com
      Concernant le tarif je ne pourrais pas te dire exactement car elle m’avait aidé dans mon reportage photo donc on avait fait un échange de bon procédé. Mais il me semble que pour 2 nuits c’est aux alentours de 120 euros.

      Bonne journée,
      Clara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *