Vivre une aventure en auto-stop en France : La Mad Jacques 

course en stop la Mad Jacques Début juin juste après être revenue de mon road trip aux USA j’ai décidée de me lancer dans une aventure folle : une course en stop dans notre beau pays qu’est France. Si vous êtes un fana des micro aventures loufoques, vous avez sûrement déjà entendu parler de la Mad Jacques. Pendant ces deux jours, je faisais équipe avec Léïa et Emeline, deux journalistes de GEO aventure qui avaient décidé elles aussi de tenter l’aventure. Attachez bien vos ceintures, je vous emmène avec moi pour un week-end inoubliable. 

Le concept de la Mad Jacques : what the fuck is it ?

Tout a été lancé par une association du nom de Davaïdavaï, derrière laquelle se cache Vincent Drye et Maëlle Loisil. Ces deux génies ont décidé de créer des événements accessibles à tous pour une aventure épique en France. Et oui, car en France, il y a déjà beaucoup de choses à vivre. Les premières courses en stop réunissaient quelques centaines de personnes puis au fur et à mesure, le bouche à oreille et la communication décalée sur les réseaux sociaux ont fait connaître la Mad Jacques et sa petite sœur la Bad Bertha pour arriver à plus de 2 000 participants sur la dernière Mad Jacques organisée en juin 2019.

icon-arrow-right Le prix des billets pour la Mad Jacques est de 55 euros par personne et 160 euros pour un billet deluxe pour deux personnes qui inclu une tente sur place. Le prix du retour en bus vers Paris le dimanche soir est de 45 euros.

objectif cheniers en creuse

La Mad Jacques air de montluçon

Le lancement de la course en stop : rendez-vous 7h30 à Pantin

La veille après avoir pris le minimum avec moi pour ne pas avoir un sac trop encombrant pour faire du stop, l’excitation commence à monter, j’étais impatiente de relever le défis qui m’attendais demain, traverser la diagonale du vide pour se rendre depuis Paris dans un petit village de la Creuse. Nous partions avec un désavantage : nous étions trois alors que tous les autres étaient en binôme ce qui pouvais être un frein pour faire de l’auto-stop lorsque les places dans les véhicules sont restreintes. Le lendemain, à mon arrivée à la cité fertile à Pantin, j’ai retrouvé mes coéquipières prêtes comme jamais à l’idée d’aller vers l’inconnu. Nous faisions partie du premier départ avec nous, il y a avait des tortues ninja, des pharaons, des legos … Chacun avait prévu un déguisement pour se démarquer des autres et avoir plus de chance d’être pris en stop. Nous nous portions nos habits d’aventurières avec nos sacs sur le dos et nos casquettes. Après avoir passé le check-in, pris un petit café réconfortant et écouté les conseils pour faire du stop en toute sécurité, nous avons pris le chemin en direction d’Arpajon.

La cité fertile départ de la Mad Jacques

enregistrement de la course en stop , la Mad Jacques

participants déguisés au départ de la course en stop

Où faire de l’auto-stop pour sortir de Paris ?

Si vous n’avez jamais fait de stop, vous vous rendrez vite compte que sortir d’une ville en stop n’est pas le plus facile. Pour cela, il faut se mettre proche d’un grand axe routier et de préférence à un endroit où les voitures s’arrêtent pour pourvoir parler et convaincre le conducteur. Nous avons décidé de prendre les transports pour rejoindre la ville d’Arpajon, une commune au Sud de Paris desservit par le RER C qui ce jour là était en travaux. Nous prenons donc le bus de substitution remplis d’autres auto-stoppeurs de la Mad Jacques qui avaient fait le même choix que nous. Une fois arrivées à la gare RER, nous devions trouver un point stratégique, alors nous avons marché jusqu’à l’Intermarché situé à quelques mètres de la voie d’insertion de la nationale en direction d’Orléans. À partir de là tous les chauffeurs que nous trouvons ne vont pas plus loin qu’à 10 km, alors nous enchaînons les voitures dans l’espoir d’arriver un jour dans la Creuse.

trouver son chemin en auto stop

Des moments conviviaux : la rencontre avec les chauffeurs

À chaque fois que nous montions dans une nouvelle voiture nous faisons connaissance avec une nouvelle personne. Au total, nous avons pris 10 voitures pour arriver à destination, et nous avons rencontré des personnes adorables qui étaient intriguées par cette course en stop. C’est Gaël, notre chauffeur alpagué à une entrée de rond point dans le petit village de la source qui nous a permis d’avancer rapidement dans la course et de rattraper le retard que nous avions accumulé au file des attentes entre chaque stop. Ce papa d’une quarantaine d’années allait chercher sa fille non loin de Montluçon, nous avons passé une heure trente avec lui à parler de tout et de rien, mais aussi à chanter à tu-tête pour réaliser un des défis que nous avions. Notre aventure ensemble s’est finis lorsqu’il nous a déposé sur une air de péage à l’entrée de Montluçon. Ici, nous avons attendu avec 10 autres binômes plus d’une heure qu’une voiture possédant 3 places veuille bien nous déposer aux portes de la Creuse. Notre virée en auto-stop s’est brillamment finis lorsque nous avons rencontré une charmante petite famille composée de Sophie, Jean-Étienne et de leur petite fille Léonie. Au bout de quelques minutes en voiture, nous avons appris qu’ils prêtaient leur champ pour le festival qui nous attendait à Chêniers et que donc bien sûr ils connaissaient la Mad Jacques !

nos dernier chauffeur en Creuse

Les défis de la Mad Jacques pour épicer la course en stop

Sur notre route, nous devions réaliser des défis nous permettant ainsi de gagner du temps sur l’heure d’arriver à Chêniers. Les défis devaient être savamment choisis pour ne pas perdre trop de temps sur le trajet et aussi pour nous permettre de kiffer un peu. Voici quelques exemple de défis à réaliser :
– Se prendre en photo avec le cadet ou le doyen d’un village
– chanter avec son chauffeur une chanson sur le thème de la route
– imaginer une fake-news et tourner un mini spot vidéo avec son chauffeur pour la diffuser
– Faire une photo d’équipe France du vide la plus inspirante possible
– Faire rire Jacques avec un jeu de mot avec le panneau d’entrée du village de Bonnat
– Faire de l’Avion-stop
– s’incruster à un mariage
– récupérer un œuf tout droit sorti du cul de la poule
– Retrouver une cabine téléphonique et faire un appel à l’amour
….

Mes conseils pour faire de l’auto-stop en France

Lors de mes voyages, j’avais déjà eu l’occasion de faire du stop, sachez que ce n’est pas le cas de tout les participants de la course de la Mad Jacques, beaucoup n’en ont jamais fait et se lance quand même dans l’aventure. Les équipes de la Mad Jacques ont nos téléphones et sont là en cas de besoin ou de problème. La Mad Jacques est une bonne occasion pour s’essayer à cette pratique et de voir si on aime, mais je n’ai aucun doute, vous voudrait sûrement en refaire après la Mad Jacques. Voici quelques bons conseils qui nous ont été donné au début de la course pour faire de l’auto-stop sereinement.

  • Trouver un bon spot d’auto-stop : l’entrée des rond-point, les feus, les airs d’autoroute sont souvent des bons endroits pour trouver des chauffeurs, car vous aurez le temps de discuter avec la personne et de la convaincre. Si vous attendez trop longtemps au même endroit (plus d’une heure) pensez à changer de spot quitte à faire un détour sur votre trajet.
  • Avoir une Feel Good attitude : sourire, c’est la clef du succès. Si vous tirez la gueule alors personne ne vous prendra en stop. Pour appâter une voiture, il faut être visible et faire de grand sourire, montrer qu’on est sympa ! Le plus difficile est de tenir cette règle lorsque cela fait plus d’une heure qu’on attend au même point, mais croyez-moi, il ne faut jamais désespérer.
  • Avoir une pancarte lisible avec la bonne direction : la pancarte est importante pour informer les conducteurs de votre destination. Parfois, il vaut mieux mettre une destination proche que ça destination finale. Par exemple, nous avons d’abord mis Orléans, puis Vierzon et enfin Guéret pour arriver jusqu’au Chêniers. Pensez aussi que le conducteur doit pouvoir lire votre pancarte de loin donc privilégier les écritures avec un feutre de couleur foncée et bien épais.
  • Ne jamais monter dans une voiture que l’on ne « sent » pas : ne soyez pas gêné de refuser une voiture si le chauffeur ne vous donne pas confiance. Même si celui-ci s’est arrêté et vous propose de vous emmener là où vous voulez restez fidèle à votre instinct : ne montez JAMAIS dans une voiture avec un chauffeur qui ne rassure pas.

embarquement dans une voiture

faire du stop en France avec la course de la Mad Jacques

Le festival de la Mad Jacques pour clore cette aventure

À notre arrivée aux Chêniers, un festival nous attendait avec de supers concerts et des animations vraiment trop cools comme des débats sur le voyage et du théâtre d’improvisation. L’aventure de la course en stop se termine avec un gros rassemblement, tout les participant se retrouvent au même endroit et passe toute soirée à faire la fête. On retrouve nos compagnons de galère avec lesquels on a passé une heure coincé sur une air d’autoroute, les chauffeurs venus accompagner les équipes qu’ils ont aidé pour le dernier trajet, les habitants de Chêniers qui sont ravis de nous accueillir, etc. Pour nous restaurer, on a le choix entre plein de producteur locaux qui sont venus avec leur food trucks pour notre plus grand plaisir. Le lendemain matin après avoir passé la nuit sous une tente dans le camping qui nous accueil tous on retrouve des courageux en train de se baigner dans la petite creuse et un marché de producteur locaux pour ramener du miel avec nous.

La remise des prix a également lieu le lendemain, le jury remet alors le prix du plus beau déguisement, mais aussi du premier binôme et du dernier, celui qui a fait le plus grand détour et qui vient seulement d’arriver sur les lieux du festival. Après ces moments officiels avec le maire du village s’en suit une intervention de Mathieu Tordeur, le plus jeune aventurier à avoir rejoint le pôle Sud, qui nous donne envie de repartir à l’aventure au plus vite !

calèche lors de notre arrivée à la Mad Jacquescamping de la Mad Jacques

le cimetière de pancartes

élection du plus beau costume

Et après le Mad Jacques ? Une course à Vélo

Après ce week-end de folie et l’aventure du stop nous nous retrouvons tous sur Facebook pour définir une date post-madjacques afin de tous se revoir. Mais le meilleur, c’est que Davaïdavaï nous annonce seulement un mois après que l’aventure continue avec une autre forme de course : une aventure de deux jours en vélo à travers les route de notre belle France. L’événement est annoncé pour le 28 et 29 septembre 2019, alors que les places sont à peine en ligne, c’est la ruée des aventuriers, chacun veut faire partie de la première édition d’un événement qui s’annonce épique.

Alors est-ce que vous en êtes ?

la petit creuse, la mad jacques

J’espère que cet article vous aura donné envie de vous essayer au stop si ce n’est pas déjà le cas, n’hésitez pas le partager et à en parler autour de vous, l’aventure se trouve ici, juste à côté de chez nous.

À bientôt sur WildRoad.

faire de l'auto stop en france

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.