Le Mont-Aso un volcan en activité au Japon

Après avoir passé une journée dans la capitale japonaise, nous avons pris un vol depuis Tokyo en direction de Kumamoto avec Japan Airline. Deux heures plus tard nous atterrissions à l’aéroport de Kumamoto fraîchement reconstruit après le séisme qui a ravagé la région en 2016.

Le Mont-Aso le plus grand complexe volcanique du Japon

Avant d’arriver dans la préfecture de Kumamoto, je m’imaginais que le mon-Aso était le nom donné au volcan actif alors qu’en fait, il s’agit de tout le complexe volcanique qui s’est formé après quatre éruptions. Le cratère principal s’appelle Naka Dake, c’est celui-ci que viennent voir des milliers de Japonais par an. Cependant, il est rare que l’on puisse s’en approcher de près, car le volcan relâche des gaz toxiques qui sont mortels pour l’homme. Si le temps le permet et que ces gaz sont absents, on peut alors prendre un téléphérique qui nous amène au plus près du cratère au fond duquel on peut voir de l’eau bleu bouillonnant. Le mont-Aso compte 5 pics volcaniques et il est possible de faire de la randonnée sur certains d’entre eux. Les chemins sont assez bien tracé, mais restez toutefois prudents, car le sol volcanique est très glissant.

Les cinq cônes du Mont-Aso :

  • Naka-dake : 1.506m, le plus actif qu’il est possible de visiter ;
  • Taka-dake : 1.592m, le plus élevé son cratère de 600m de diamètre qui donne un bon point de vue ;
  • Neko-dake : 1.408m et considéré comme le plus ancien et qu’on peut aussi gravir ;
  • Kijima-dake : 1.321m ;
  • et Eboshi-dake : 1.337m.

Mont aso

Survoler le Mont-Aso en hélicoptère

Lors de ma visite du Mont-Aso, les gaz toxiques étaient présents ce qui nous a empêché de faire la balade autour du cratère qui était initialement prévue. Nous nous sommes donc rabattu sur une activité qui m’a beaucoup plu : le survol du Mont-Aso en hélicoptère. Pour environ 70 dollar, on survole la zone durant dix minutes pour une expérience inoubliable. On commence par passer au-dessus d’une forêt de pins puis s’ensuit une plaine qui s’étant devant nous pour laisser le champ libre au complexe volcanique. D’en haut on admire les différentes formations géologiques, mais aussi les couleurs du gris des cendres à l’or des prairies. Après quelques minutes de vol nous voilà déjà au-dessus du cratère de Naka-dake. À ce moment, l’hélicoptère penche à 45 degrés pour nous permettre d’avoir une vue plongeante sur le fond du cratère où les fumerolles s’échappe de l’eau bleue. À chaque fois que l’on passe dans les évaporations de soufre, on retient notre respiration pour ne pas sentir l’odeur trop nauséabonde d’œuf pourris. Lorsqu’on est au dessus du volcan les sensations sont au maximum, il faut avoir le coeur bien accroché et se concentrer afin de réussir à capturer une bonne photo de ce paysage lunaire. Le pilote fait deux tours pour laisser à tous les passagers la possibilité d’avoir le meilleur cliché. Puis on retourne déjà au camp de base, l’expérience est passée très vite, mais elle reste bien imprimée dans nos mémoires.

 

Informations pratiques :

Pour faire ce tour en hélicoptère il faut d’abord se rendre au parc d’attraction Cuddly Dominion pour accéder à la piste de décollage. Il faut payer un droit d’accès de 2 400 yen (18 euros) pour les adultes et 1300 yen (10 euros) pour les enfants.

Tarif du vol au dessus du cratère Naka Dake : 7 500 Yen (58 euros)

Adresse : 2163 Kurokawa, Aso, Kumamoto Prefecture 869-2225, Japon

Horaires : 10h à 17h tous les jours

Pas de réservation necessaire

 

Le mont aso

Hélicoptère mont aso

Les paysages de Komezuka et Kusasenrigahama

La route qui mène à Kusasenrigahama passe par Komezuka, un cône volcanique que l’on dit façonné par les dieux et qui ressemble à un bol de riz selon les locaux. Plus loin sur la route il y a plusieurs petits parkings où l’on peut s’arrêter pour admirer la vue. Le panorama permet de voir la préfecture de Kumamoto s’étendre de tout son long.  À l’automne les herbes de pampas argentées, que les Japonais nome susuki recouvre toutes les plaines et l’herbe, qui est verte en été, se pare de doré. Dans la caldeira, on croise pas mal de vaches et de chevaux qui donnent au paysage des airs de peinture romantique.

Komezuka Komezuka

Buono Aso, un restaurant panoramique

Après une balade dans la caldeira, on peut se restaurer chez Buono Aso. Cet établissement aux airs de cantines joyeuses accueille les touristes qui auraient envie de goûter au bœuf local. En France on connaît bien le bœuf de Kobe, mais il faut savoir qu’au Japon il y a beaucoup d’autres bœuf qui ont une aussi bonne qualité et un goût exceptionnel. Le bœuf du Mont-Aso est très tendre, il se déguste avec du riz et une soupe miso. Dans ce restaurant, le mieux, est de choisir une table proche de la baie vitrée qui offre une vue splendide sur Kusasenrigahama, un vrais tableau vivant.

Informations pratiques : 

Adresse : 2391-15 Nagakusa, Aso 869-2231, Kumamoto Prefecture

Horaires : 11h à 15h

New kusasenri

Visite de la ville d’Aso : Sanctuaire et rue commerçante

La sanctuaire d’Aso après le séisme de 2016

Après avoir visité le mont-Aso et ses reliefs volcaniques, nous voilà dans la ville d’Aso à quelques kilomètres de la caldeira. Ici, on visite le sanctuaire qui a été en grande partie détruit lors du séisme de 2016. Beaucoup de bâtiments ont été remplacés par des préfabriqués pour permettre aux prêtres continus leur activité. On sent une certaine nostalgie dans ce lieu, les toris, qui séparent le monde des humains et le monde des dieux, sont positionnés face aux montagnes pour honorer ces divinités. Les temizuya, ces petites fontaines qui servent à se purifier avant d’entrer dans le temple, sont recouverte d’une fine mousse d’herbe.

L’un des toris donne directement sur la rue marchande d’Ichinomiyamachi Miyaji où chacun des commerces possède sa propre source d’eau potable. Au début de la rue, on découvre une petite boutique où plein d’horloges de différentes époques sont accrochées au mur, le vieil homme qui tiens ça vend des horloges qu’il répare lui-même. Puis lorsqu’on continu un peu plus loin, on tombe sur une papeterie qui vend aussi des tissus japonais de toutes les couleurs. À la fin d’Ichinomiyamachi Miyaji, se trouve une pâtisserie nommée Tanoya, qui nous appâte avec l’odeur de la pâte à choux. À l’intérieur, on découvre une décoration rétro et un petit comptoir sur lequel le chef pâtissier et sa femme nous servent les fameux choux à la crème qui nous donnaient tan envie. Pour accompagner ce délicieux quatre-heure, ils nous offrent un café au lait, qui même pour les gens qui ne boivent pas de café comme moi, est très bon. On repart avec un dessert chacun pour plus tard afin d prolonger ce délicieux moment. 

Patisserie Tanoya : 

Horaires : 9h à 19h tous les jours sauf le mercredi

Adresse : 3094 Ichinomiyamachi Miyaji, Aso, Kumamoto Prefecture 869-2612, Japon

Tanoya patisserie

Tanoya patisserie Aso city

Dîner dans un izakaya (居酒屋), un bistrot japonais

Le terme izakaya peut être traduit par « un endroit » où l’on boit de l’alcool. Le Murakami Shoten qui se trouvait non loin de notre ryokan de Sozenkyo a été pour moi un vrai coup de cœur. Ce petit endroit, qui ne paie pas de mine vue de l’extérieur, est en fait une taverne remplis de trésor vintage. Lorsque l’on passe par la petite porte en taule, on se retrouve directement devant le bar où viennent s’attabler les locaux. Le restaurant est tout en longueur, on continue alors sur la gauche pour arriver dans la salle principale où les chaises sont des caisses dénichées au marcher avec un petit coussin. L’aspect rudimentaire du mobilier et la décoration très colorée nous plongent tout de suite dans une ambiance conviviale. Le menu écrit sur du papier jaune fluo est placardé à même le mur. Les plats défilent et on partage chaque portion à plusieurs afin que l’on puisse goûter le plus de choses. En repartant du restaurant, on croise le patron qui est d’accord pour que je lui tire le portrait, le bonhomme respire la joie de vivre. 

Informations pratiques :

Adresse : Kumamoto préfecture, Aso, Uchinomaki, 2017
Budget : 1 500 yen
Horaires :  18h30 à 00h
Izakaya Izakaya

Izakaya Dormir dans un ryokan traditionnel

Après ce joyeux moment dans un izakaya nous avons pris le chemin pour rentrer à notre ryokan. Déjà, lorsque nous avions posé nos valises, le ryokan Sozankyo m’avait fait forte impression, mais de nuit le charme de cet endroit rayonnait encore plus. À l’entrée, une petite musique jazz nous met dans l’ambiance chic et cool du lieu qui est géré de père en fils depuis 200 ans. Le ryokan dispose de deux bains privés qu’il est possible de réserver pour une heure afin de se relaxer et de faire sa toilette. Les chambres sont spacieuses et sont équipées de futons pour dormir comme un vrais Japonais. Au final, on s’habitue vite à dormir près du sol et je trouve même cela plus confortable que nos lits occidentaux, quoique un peut rude la première fois qu’on dort dessus. Ma chambre donnait sur un jardin japonais que j’ai visité le lendemain à l’aube. Le couloir qui mène au jardin est très lumineux et propice pour faire des photos, avec mon yucata je m’adonne avec plaisir à ce jeu de rôle. Ce ryokan restera pour moi une des meilleure expérience de mon séjour, moi qui pourtant ne suis pas du genre à séjourné dans ce type d’hôtel, je retournerais avec plaisir dans ce type d’endroit remplis de charme. 

Informations pratiques :

Tarifs : Chambre pour deux personnes à partir de 170 euros

Adresse : 145-1 Uchinomaki, Aso, Kumamoto Prefecture 869-2301, Japon

Ryokan sozenkyo

Ryokan sozenkyo Ryokan sozenkyo Ryokan sozenkyo

Ma première journée de visite dans la préfecture de Kumamoto s’arrête là, si vous voulez lire la suite de mon périple, je vous invite à consulter les autres étapes du voyage. 

pinterest mont aso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *