Une journée à Tokyo : Musées, jardins, sumo

Le Japon, c’est une destination où lorsqu’on y a été une fois, on a absolument envie d’y retourner. Et bien, c’est ce que j’ai fait. Je suis partie une semaine pour découvrir la préfecture de Kumamoto en passant une journée à Tokyo au début du voyage.

Mon retour au Japon 4 ans après

Quatre ans après mon premier passage au Japon me revoilà, dans ce pays en tous points opposé de la France. Je ne pensais pas avoir l’occasion de revenir aussi vite au pays du soleil levant, mais c’est sans compter sur une invitation inattendue de l’office du tourisme de Tokyo pour découvrir la région de Kumamoto que je me retrouve une nouvelle fois plongée dans la culture des gaïsha et des sushis. Mais le Japon ne se résume pas qu’a ça, car oui, il y a beaucoup de temples et grands passages piétons, mais il y a aussi de magnifiques volcans et montagnes.

mont Aso
Le volcan du Mont-Aso

De Paris à Tokyo avec Japan Airline

Lors de mon premier passage au Japon, j’étais passée par plusieurs compagnies en faisant une longue escale à Moscou. Cette fois, j’ai eu la chance de pouvoir faire directement Paris CDG – Tokyo Haneda avec la compagnie Japan Airline. Parmi les passagers, il y avait peu de Français, la plupart étaient Japonais, car il s’agit de la compagnie aérienne nationale du Japon. Le vol était quasiment complet, mais l’embarquement s’est fait assez efficacement. Au programme de ces douze heures de vol, des films, un dîner, un petit-dejeuner et même une brosse à dent ! C’est la première fois que je volais avec Japan Airline et je dois dire que je n’ai pas été déçue, même en classe économique, j’avais de la place pour mes jambes d’un mètre de long. Pour votre prochain voyage au Japon, vous pouvez trouver des vols directs à partir de 780 euro aller-retour.

Japan Airline

Japan airline

Première nuit à Tokyo : The B hotel Roppongi

Situé dans le quartier des expatriés, the B Hotel est un bon point de chute pour votre séjour à Tokyo, car vous serez à mi-chemin entre les quartiers de Shinshuku et de Shibuya. La nuit est à partir de 180 euros avec petit-dejeuner inclus. Depuis ma chambre, j’avais vu sur la tour de Tokyo, je pouvais mettre trois personnes comme moi dans le lit et la salle de bain était plutôt grande pour une salle de bain japonaise. De plus The B hôtel met à disposition un téléphone pour pouvoir utiliser internet lors de nos visites, ce qui est très pratique !

Le jardin traditionnel de Rikugi-en

Après un petit-dejeuner mi-occidental mi-japonais, on prend la direction du jardin de Rikugien, qui est considéré comme l’un des plus beaux de Tokyo. Construit à l’époque Edo qui s’étant de 1603 à 1867, il était le jardin privé du seigneur féodal Yanagisawa Yoshiyasu. Ce jardin au style Kaiyushiki-tsukiyama-sensui, qui veut dire « jardin de promenade entre étang et collines », s’inspire de la poésie Waka pour ses tableaux naturels. La visite prend une heure à deux heures si on veut bien faire le tour. On passe part de nombreux petits ponts qui offrent une vue très charmante sur l’étang et la diversité des arbres. Si l’on est quelque peu observateur, on peut voir des tortues qui se prélassent sur leur rocher. Ce jardin invite à une pause contemplative de la nature dans un environnement urbain, de loin, on voit les tours tokyoïtes se dresser autour des murs de Rikugi-en. Lors de ma visite fin-octobre les momji, les érables à feuilles rouges, commençait à prendre leur couleur, mais nous n’étions pas encore au pic rouge-oranger de mi-novembre, la période idéale pour venir visiter ce jardin. Il existe même une carte répertoriant les momji et les sakura à retrouver ci-dessous. Au cours de ma visite j‘ai pris le temps de déguster un thé matcha accompagné d’une de ces petites gourmandises sucrées dont seuls les Japonais ont le secret. Du pavillon de thé Fukiage on reste de longues minutes à admirer le plan d’eau et les érables.

Informations pratiques : 

Tarifs : 300 Yens pour les adultes, 150 pour le plus de 65 ans, gratuit pour les enfants

Horaires : 9h à 17h ( fermeture du 29 décembre au 1 er janvier)

Adresse : 6 Chome-16-3 Honkomagome, Bunkyō, Tokyo 113-0021, Japon

Cartes rikugien
Cartes des sakura et des érables rouges

Rikugien parc Rikugien parc

Ryokogu le quartier des sumo à Tokyo

Après cet entracte nature dans la mégalopole, on se dirige vers le quartier de Ryokogu où je vais passer le reste de l’après-midi. Nous décidons de manger dans un des restaurants de l’espace Ryogoku Noren où est installé un ring de sumo en plein milieu. La spécialité des restaurants de ce complexe est le Chanko nabe, un bouillon qui ressemble à notre pot-au-feu français avec beaucoup d’aliments différents qui ont pour point communs d’être riches en protéine. Ce plat est servi habituellement au sumo après leur entraînement pour les aider à développer de la graisse et du muscle, afin qu’il soit plus fort pour affronter leurs prochains adversaires. Nous prenons une table au Chanko Kirishima qui est tenu par un ancien champion sumo. Au fond de la salle, défile des images de combats et aux murs sont affichés d’anciens calendrier sur lequel figure le patron ainsi que le tableau des classifications pour les matchs. Lorsqu’on arrive à notre table, le bouillon est déjà en préparation, les aliments sont disposés par portion dans la grande marmite. Après dix minutes, je commence à me servir dans mon bol les aliments qui me font envie, il y a beaucoup de choix aussi bien des légumes que de la viande ou encore du poisson. On est quatre à partager le même bouillon, chacun pioche ce qu’il désire pour à la fin être bien repus. Une fois ce repas riche en calories ont sort du restaurant pour continuer nos visites, et avant de se rendre au prochain stop, on croise un jeune sumo qui accepte gentiment d’être pris en photo. Sa silhouette massive m’impressionne, mais il obéit à mes gestes qui lui demande de se positionner d’une certaine manière afin d’avoir dans le cadre de ma photo un cerisier en fleur.

Informations pratiques : 

Adresse : 2 Chome-13-7 Ryogoku, Sumida, Tokyo 130-0026, Japon

Horaires : 11h30 à 23h

 

 

Le musée du peintre Hokusai Sumida

Visible de loin, grâce à une architecture qui reflète la lumière, le musée Hokusai Sumida a été inauguré en 2016 dans le quartier de Ryogoku, là où le célèbre peintre japonais naquît en 1760. L’expérience commence notre arrivée devant le musée, on s’amuse à faire le tour de cet étonnant bâtiment construit par Sejima Kazuyo, connu également pour le Louvre Lens en France. Les panneaux en aluminium permettent au ciel de s’étendre un peu plus, comme sur les estampes d’Hokusai où le bleu prédomine souvent. Le musée propose trois salles d’expositions permanentes qui retrace les différents moments importants de la vie de l’artiste. Dans la première, on apprend que le peintre a déménagé de nombreuse fois, qu’il avait beaucoup d’apprentis et qu’il se passionnait pour les ponts. Hokusai lui-même ne se considérait pas comme un artiste, son seul but était d’atteindre le plus haut sommet de son art, c’est pour cela qu’il est reconnu comme un des précurseurs de la peinture japonaise, car il essayait sans cesse de dépasser les limites techniques de la peinture à cette époque. Son œuvre la plus connues reste celle des trente-six vues du mont-Fuji qui compte en fait 46 estampes dont celle de la Grande vague de Kanagawa et qu’il est possible d’admirer dans la deuxième salle. Ce musée est vraiment un incontournable pour un amateur d’art de passage à Tokyo.

Informations pratiques : 

Adresse : 2-7-2 Kamezawa, Sumida-ku, Tokyo 130-0014

Horaires : De 9h30 à 17h30 (entrée possible jusqu’à 17h). Fermé tous les lundis.

Tarifs : 400 yen (3.20€)

 

Hokusai sumida museum Hokusai sumida museum Hokusai sumida museumLe musée d’Edo, l’Histoire de la ville de Tokyo

Ce musée retrace la ville d’Edo qui n’est autre que Tokyo, capitale du Japon depuis 1868. Dans ce bâtiment aux allures modernes de l’extérieur, on est vite plongé dans le Tokyo d’autrefois. Les reconstitutions à l’échelle humaine nous permettent d’évoluer dans un ancien théâtre Kabuki ou encore une épicerie japonaise. De nombreux écoliers viennent au musée d’Edo pour se renseigner sur l’Histoire de leur ville. À l’inverse des reconstitutions à l’échelle humaine, il y a également des miniatures qui montrent l’architecture des bâtisses du 16 ème siècle. Ce musée est bien pensé pour les fans d’Histoire et les enfants, tout est très détaillé et on pourrait y passer facilement un après-midi entier. Après la visite, on peut monter au dernier étage du bâtiment qui abrite un salon de thé avec une vue panoramique sur Tokyo et au premier plan le stade de combat pour les sumo. En fin de journée, la lumière entre par les baies vitrées pour inonder le salon, la dégustation d’un thé matcha avec une glace est alors très appréciable.

Informations pratiques :

Adresse : 1-4-1 Yokoami, Sumida-ku, Tokyo 130-0015

Horaires : 9h30-17h30 du dimanche au mardi ; 9h30-19h30 le samedi. Fermé le lundi

Tarifs : 600 yen pour les adultes, 480 yen pour les étudiants, 300 yen pour les enfants

Édo musée

Tokyo City View : Un panorama sur Tokyo depuis le quartier de Roppongi

J’étais déjà venu dans le complexe Roppongi hill lors de mon première voyage au Japon. Cet endroit m’avait beaucoup marqué, car nous étions restés une demie journée à flâné dans les boutiques, à faire le musée Mori, à jouer sous la sculpture en forme d’araignée prénommée Maman… Et nous avions également escaladée la plus haute tour pour atteindre la City view de Tokyo qui s’élève à 250 mètre au-dessus du sol. Cette fois-ci, j’étais arrivé en bas de Roppongi Hill alors que le soleil s’était déjà bien couché. Les lumières de la ville avaient commencé à s’allumer et Tokyo semblait encore plus active qu’en journée. Après avoir passé le guichet nous avons pris un ascenseur qui nous a télé porte jusqu’au sommet de la tour. Arrivé en haut une multitude de gens s’amasse dès la sortie de l’ascenseur, mais lorsqu’on continue le tour et qu’on longe la baie vitrée, on arrive à un endroit beaucoup plus calme où l’on peut admirer Tokyo en toute tranquillité. Les grandes artères sont impressionnantes et on distingue rapidement les plus hauts buildings du quartier tendance de Shinjuku.

Le rooftop Sky Deck pour plus de sensations

Après avoir fait le tour de City View on a deux options : soit le tour s’arrête ici et on redescend soit on prend un autre ascenseur pour monter sur le toit de la tour de Roppongi. L’accès est ouvert seulement si le temps le permet pour éviter tout accident. Là-haut, il y a une piste d’atterrissage pour un hélicoptère et aucune baie vitrée ne nous sépare de la vue. Adieu les méchants reflets qu’on pouvait avoir depuis l’étage d’en dessous. Ici, on s’amuse à zoomer dans la ville pour capturer ses moindres recoins. On fait plusieurs fois le tour pour être sûr de ne pas avoir manqué un seul morceau du spectacle.

Informations pratiques : 

Adresse : 6 Chome-10-1 Roppongi, Minato, Tokyo 106-0032, Japon

Horaires : Ouvert du dimanche au jeudi de 10h à 23h (dernière entrée à 22h30). Ouvert les vendredis, samedis et jours précédent les jours fériés de 10h à 1h (dernière entrée à minuit). SkyDeck ouvert tous les jours où la météo le permet de 11h à 20h (dernière entrée à 19h30)

Tarifs : Observatoire : 1.800¥ (~13,90€) , SkyDeck : 500¥ (~3,86€) supplémentaires

Tokyo City View

Tokyo city view

Le restaurant de ramen Mensho Taketora dans le quartier de Roppongi

Pour finir cette longue journée de visite à Tokyo, nous nous sommes rendu au restaurant Mensho Taketora dont la spécialité est le ramen. Il existe un large choix de bouillon que l’on choisit à l’aide de photos sur une carte. Pour accompagner ces pâtes à base de farine de blé, on peut aussi commander des aubergines grillées ou bien des gyoza. L’ambiance de ce restaurant est très atypique pour la capitale, chaque groupe ou couple peut disposer d’un espace privé. Les murs sont recouverts de peinture animalières qui rappellent un Japon traditionnel. Lorsqu’on ressort dans la rue après le dîner, on a comme un choc entre l’ambiance zen du restaurant et l’activité incessante de la rue.

Informations pratiques : 

Adresse : Japon, 〒106-0032 Tokyo, Minato, Roppongi, 3 Chome−14−14 六本木 314 ビル 1F

Horaires : 11 heure à 9 heure le lendemain

Taketora Ramen Taketora Ramen

Pour lire la suite du voyage je vous invite à lire mon article sur la préfecture de Kumamoto.

Article réalisé en partenariat avec :
Tokyo Convention & Visitors Bureau,Visit Kumamoto.

 

Tokyo en un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *