Le parc national de la Vanoise : 3 jours de randonnée bivouac autour des glaciers

3 jours de randonnée dans le parc national de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Le parc national de la Vanoise est un endroit que je connais peu et pourtant, je randonne souvent dans les Alpes. Ce parc national préservé, regroupe un grand nombre de glaciers très connus comme celui de la Grande-Casse ou bien encore celui de la Grande-Motte. C’est au cours d’une randonnée de 3 jours que j’ai pu découvrir les paysages splendides de ce coin de la Savoie. L’itinéraire que je vous propose aujourd’hui est une variante du tour de la Vallaisonnay en passant hors des sentiers battus. Si vous cherchez une idée de randonnée moins couru que le tour des Glaciers de la Vanoise, alors celle-ci devrait vous plaire. 


sommaire :

Découvrir le parc national de la Vanoise en randonnée

Le parc national de la Vanoise a vu le jour en 1963 en Savoie, délimité entre les hautes vallées de la Maurienne et la Tarentaise. La Grande Casse est le glacier le plus haut, culminant à 3855 m, c’est un bon challenge pour les alpinistes qui rêvent de gravir le Mont-Blanc. Le parc dénombre 16 refuges pour les randonneurs qui souhaitent dormir avec un toit sur la tête, pour les autres, le bivouac est autorisé autour de certains refuges. Le but du parc national de la Vanoise est de sensibiliser à la fragilité de notre environnement naturel à travers de multiples actions. Le réseau pédestre du parc s’étend sur plus de 400 km de sentiers balisés, de quoi trouver votre bonheur quelque soit votre niveau. 

Les sentiers de randonnées dans le parc national de la Vanoise. 3 jours au pied des grands glaciers. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Les sentiers de randonnée les plus beaux dans la Vanoise

Le tour des glaciers de la Vanoise

Habituellement réalisé en 4 jours, ce sentier de randonnée est sûrement l’un des plus fréquentés en été par les randonneurs aguerris. Il traverse les plus beaux paysages du parc en passant par certains cols escarpés. 

Le tour de la Vallaisonnay en 3 jours 

Faisable en 2 jours pour les randonneurs les plus sportifs, mais à faire en 3 jours si vous souhaitez prendre le temps d’admirer les glaciers. Dans cet article, je vous propose une variante hors des sentiers battus de ce tour en passant par le col de la Grassaz à la place du col du Palet. 

La randonnée à la journée du lac de Bellacomba

Pour accéder au lac de Bellacomba qui donne une vue imprenable sur le Mont-Blanc du côté italien, il vous faudra une grosse journée de marche. Un itinéraire peu connu et hors des sentiers battus dans le parc de Vanoise qui demande un bon niveau physique

La randonnée facile du lac de la Sassière en un jour

Cette randonnée familiale du côté de Tignes, ravira toute la famille. Le sentier part du barrage du Saut pour ensuite continuer tranquillement jusqu’au lac de la Sassière. Il est toutefois possible de continuer cette randonnée jusqu’au col de Bailletaz et de basculer du côté de Val d’Isère. 

Peut-on bivouaquer dans le parc national de la Vanoise ?

La nouvelle réglementation du bivouac depuis 2019

Il n’y a pas si longtemps le parc de la Vanoise a fait quelques mises à jour concernant sa réglementation sur le bivouac dans le parc. Auparavant, il était totalement interdit de camper à l’intérieur du parc, aujourd’hui cela est autorisé autour des refuges qui possèdent une aire de bivouac. Cela permet à des randonneurs qui souhaitent faire des économies, de dépenser moins d’argent que pour une chambre en dortoir ou une chambre privée. Comptez environ 5 euros l’emplacement. Pour vous assurer d’avoir une place pour votre tente, vous devez la réserver sur l’aire de bivouac en contactant le refuge au préalable. Le tarif pour l’emplacement de bivouac inclut en général un accès au sanitaire et aux douches, vous pouvez également réserver votre dîner ou petit-déjeuner si vous en avez envie. 

Bivouac et réglementation dans le parc national de la Vanoise. les nouvelles aire de bivouac. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Bivouac dans le cirque du cul du Nant

La liste des refuges qui autorisent le bivouac dans le parc de la Vanoise :

Quel matériel prévoir pour un camping sauvage dans le parc de la Vanoise ? 

Pour camper dans le parc national de la Vanoise, il vaut faudra un équipement pour résister aux températures qui peuvent être fraîches la nuit. Voici la liste du matériel que j’avais avec moi pour ma nuit en bivouac au cul du Nant. 

La liste de materiel pour camper en été dans le parc national de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Les portes d’accès au parc national de la Vanoise

Pour venir randonner dans le parc national de la Vanoise, il existe plusieurs portes d’accès. Le village de départ pour les randonnées le plus connu est Pralognan-la-Vanoise. Cependant, si vous souhaitez un chemin d’accès plus sauvage et moins fréquenté, je vous conseille les hameaux du Laisonnay d’en bas et de Champagny-Le-Haut situés au-dessus de Champagny-en-Vanoise. Pour venir en transport en commun, vous devrez vous arrêter à la gare de Moutier et puis prendre un bus jusqu’à Champagny-en-Vanoise et enfin faire du stop ou prendre un taxi. 

Depuis Paris, comptez environ 5h de train pour venir jusqu’à Moutiers avec un changement à Chambéry. 

La Chapelle au dessus du lac de la Glière au pied des glaciers de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La Chapelle du lac de la Glière

La randonnée du tour de la Vallaisonnay en 3 jours 

Topo de la randonnée du tour de la Vallaisonnay

Départ : Laisonnay d’en bas 
Type : boucle 
Gare d’accès : Moutier 
Durée : 3 jours 
Distance : 26 km
Dénivelé : D+ 1699 / D- 1704 
Niveau : moyen

Informations complémentaires : les chiens ne sont pas autorisés sur cette randonnée, car le sentier évolue dans le parc de la Vanoise, un espace protégé où de nombreuses espèces sauvages vivent. 

Quelle est la meilleure période pour randonner autour des glaciers de la Vanoise ? 

Les sentiers de randonnée sont souvent à plus de 2000 mètres d’altitude dans la Vanoise, il est donc préférable pour éviter de se retrouver bloqué par la neige, de venir pendant les mois de juillet et août. En juin et en septembre, il se peut que de la neige recouvre encore certaines parties du sentier, il faudra donc prévoir dans votre sac une petite paire de crampons. 

Lever de soleil sur le glacier de la Glière et de la Grande Casse dans le parc de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les glaciers de la Vanoise

Les étapes détaillées de la randonnée du tour de la Vallaisonnay en 3 jours

Jour 1 : du Laisonnay d’en bas au lac des Échines

Départ du Laisonnay d’en bas pour la randonnée 

Le Laisonnay d’en bas est l’un des trois hameaux qui se trouve au-dessus du Champagny-en-Vanoise. Quelques restaurants se trouvent là pour prendre un casse-croûte avant d’entamer la randonnée. Pour cette première journée de randonnée, vous pouvez partir en début d’après-midi, cela sera suffisant pour parcourir les 9 km jusqu’au lac des Échines puis de revenir passer la nuit au refuge de la Glière. 

Le sentier débute à gauche de l’office du tourisme, puis il passe devant le refuge du Laisonnay. Le chemin monte de manière constante sur un sentier carrossable, cette partie de la randonnée est très bien aménagée pour les familles avec des jeunes enfants. Comptez environ 1 heure de marche pour arriver au refuge de la Glière.

Randonnée jusqu'au refuge de la Glière depuis le Laisonnay-d'en-Bas d'en bas. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le sentier de randonnée jusqu’au refuge de la Glière

Randonner au pied du glacier de la Glière et de l’Epena 

Avant d’arriver au refuge de la Glière, le sentier de randonnée continue au pied des cascades dont l’eau descend directement des glaciers. Un peu plus haut, si vous levez les yeux vous verrez le premier grand glacier de la Vanoise. Le glacier de Glière qui culmine à 3392 m, juste à sa gauche se trouve le sommet de l’Epena et de la Grande-Casse. Ce dernier est le plus haut glacier du parc de la Vanoise avec ses 3855 m. Des voies d’alpinisme permettent l’accès à leur sommet, cependant vous devez être accompagné d’un guide de montagne, car il faut un équipement spécifique et une connaissance parfaite du terrain. 

Les glaciers de l'Epena et de la Glière au dessus du refuge. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le glacier de l’Epena et de la Glière

Le lac des Échines et son panorama sur les grands glaciers de la Vanoise

Lorsque vous arrivez au refuge de la Glière, continuez en prenant le sentier qui monte sur la gauche, il mène au lac des Échines. Par accéder à ce lac d’altitude, il vous faudra un bon sens de l’orientation, car le sentier n’est pas vraiment balisé. Vous pouvez vous aider d’une application avec un tracé de la randonnée. La montée est un peu plus sportive que le début de la randonnée, mais elle reste accessible à des enfants ayant l’habitude de marcher. Une fois arrivé au niveau du lac des Echines vous pourrez admirer un magnifique panorama sur les glaciers de la Glière, de l’Epena et de la Grande Casse. 

Le lac des échines, une randonnée facile dans le parc de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La lac des Échines avec les glaciers de la Vanoise

Lorsque j’y étais au mois d’août, le niveau du lac était déjà bien descendu. Le meilleur moment pour faire cette randonnée jusqu’au lac des Echines est en juillet. Pour cette sortie, préférez un jour bien dégagé pour avoir la chance d’apercevoir le reflet des sommets des glaciers sur le lac. 

Randonnée autour du lac des échines au départ du Laisonnay-d'en-Bas d'en bas. crédit photo : Clara Ferrand - blog wildroad
Le lac des Échines en Août

Une nuit au refuge de la Glière

Pour cette première nuit dans le parc de la Vanoise, nous nous sommes arrêtés au refuge de la Glière. Ce refuge fait partie de ceux qui proposent une aire de bivouac, pour 5 euros, vous pourrez planter votre tente autour du refuge et avoir accès aux sanitaires. Le refuge de la Glière est un endroit familial avec une grande capacité d’accueil. Vous pouvez réserver votre nuit en dortoir ou en chambre privée. Le dîner est servi tous les soirs dans la salle commune à heure fixe, les plats sont gourmands et copieux. Si vous êtes végétariens, n’hésitez pas à le signaler en avance. 

Unenuit dans le refuge de la Glière un endroit fiamilliale pour un week-end à la montagne. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le refuge de la Glière
Faune sauvage, les marmottes dans le parc de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Une marmotte autour du refuge de la Glière

Cet endroit est parfait pour admirer le coucher du soleil sur le parc de la Vanoise. Au petit matin, vous aurez peut-être la chance de pouvoir observer les marmottes et les marmottons qui vivent autour du refuge. 

Coucher de soleil depuis le refuge de la Glière dans le parc de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La coucher de soleil sur le parc de la Vanoise

Jour 2 : Du refuge de la Glière au bivouac dans le cul du Nant 

Détour par le lac de la Glière

Avant de prendre le chemin du col de la Grassaz, prenez le temps de faire un détour par le lac de la Glière qui se situe juste au-dessus du refuge, derrière la petite chapelle. Ce lac est nourri par les torrents qui dévalent depuis les glaciers. La particularité de ce lac est qu’il est asséché toute l’année. En reprenant la direction du sentier, vous passerez devant le moulin de l’enfer, qui n’est autre qu’une cascade avec un très grand débit. 

Ascension vers le col de la Grassaz pour un panorama sur la Grande-Motte

Pour atteindre le col de la Grassaz, vous devrez bifurquer à gauche après 30 minutes de marche sur le chemin carrossable en direction du col du Palet. Pour accéder au col vous passerez par des pâturages où les vaches broutent tranquillement. Par ici vous pourrez voir des edelweiss, ces fleurs de montagne sauvages qui ne poussent qu’à haute altitude. Le col de la Grassaz offre un bon point de vue sur le glacier de la Grande-Motte qui donne du côté de la station de Tignes. De l’autre côté se trouve le chemin qui descend vers le lac Verdet et de Grattaleu. 

Les alpages en Savoie dans la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les alpages
Le glacier de la Grande Motte en randonnée. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le glacier de la Grande motte

Le lac Verdet au cœur du parc national de la Vanoise

Le lac Verdet est l’endroit idéal pour faire une pause pique-nique. Après avoir pris le temps de le photographier et de l’admirer, nous avons pris une sente pour passer par un chemin nous permettant peut-être de voir des bouquetins. C’est dans les éboulis de la pointe de la Vallaisonnay que se cachent ces rois de la montagne. Après plusieurs heures à l’affut nous sommes tombés sur un troupeau, sans trop nous en approcher nous avons pris le temps de les observer avant de reprendre le sentier. Cette petite aventure hors des sentiers battus n’est pas recommandée si vous n’êtes pas accompagner d’un guide, cependant vous verrez qu’il est possible de voir des bouquetins sans faire autant d’effort un peu plus loin dans le parc de la Vanoise. 

Les bouquetins du parc de la Vanoise en dessous de la pointe de la Vallaisonnay. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Du col du plan Séry au cirque du cul du Nant 

Après avoir crapahuté dans les pierriers, voici le col du plan Séry qui se dessine. Autour de lui, des tours s’élèvent, elles sont le résultat de l’érosion provoquée par le climat. La descente vers le cirque du cul du Nant arrive rapidement, mais avant cela, il faut ouvrir les yeux, car nous voici de nouveau dans un coin à marmottes. Leurs terriers sont partout, à chaque recoin on voit une petite tête de marmotte dépasser. La descente continue ensuite jusqu’au cirque du cul du Nant où l’on apperçoit le refuge de Plaisance.

Randonnée au col du plan Séry. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le col du plan Séry

Bivouac dans le cul du Nant à la limite du parc national de la Vanoise 

Le cul du Nant est un cirque d’une grande beauté, situé à la limite du parc national de la Vanoise. Il est possible de bivouaquer sans être à côté du refuge. C’est ce que j’ai fait pour ma deuxième nuit sur le tour de la Vallaisonnay. Après avoir cherché un spot de bivouac un peu à l’abri du vent et assez plat, j’ai planté ma tente. Un peu plus loin se trouvait une famille avec un âne qui avait également décidé de camper pour cette nuit. Il faut dire que cet endroit est parfait, car de là, nous avons la vue sur certains des plus beaux sommets de la Savoie. 

Bivouac dans le cirque du cul du Nant à la limite du parc de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Bivouac au cirque du cul du Nant

Rencontre avec les bouquetins dans le cirque du cul du Nant 

Après avoir passé l’après-midi à chercher les bouquetins, c’est finalement en fin de journée qu’ils se sont présentés à nous en grand nombre. Avant que la nuit ne tombe, j’ai vu plusieurs masses noires bouger au fond du cirque, après avoir sorti mon téléobjectif pour vérifier de quoi il s’agissait, j’ai constaté que c’était des bouquetins. Ils étaient une cinquantaine, avec des petits, des femelles et des grands mâles. Le lendemain matin, le même troupeau a traversé de nouveau le cirque dans l’autre sens. C’était un des plus beaux moments que j’ai eu l’occasion de vivre en montagne. 

Un troupeau de bouquetins dans le cirque du cul du Nant au dessus du Laisonnay-d'en-Bas. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Un troupeau de bouquetins dans le parc de la Vanoise

Faire une pause au refuge de Plaisance 

Situé à 2160 mètres d’altitude, ce refuge de haute-montagne accueille les randonneurs qui souhaitent passer une nuit confortable après une journée de marche. En plus d’un dortoir, le refuge de Plaisance possède également une aire de bivouac qu’il est possible de réserver pour 5 euros, afin de dormir sous la tente tout en ayant un accès au sanitaire. Sur la terrasse aménagée, vous pourrez admirer le lever de soleil sur la Glière avant de commencer votre journée de randonnée. 

Le refuge de plaisance dans le parc de la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le refuge de Plaisance
le dortoir du refuge de Plaisance dans la Vanoise. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Jour 3 : du cirque du cul du Nant à la cascade du Py 

Descente vers la cascade du Py 

La descente en direction de la cascade du Py, se fait facilement et rapidement. Cependant, prenez tout votre temps pour profiter une dernière fois des paysages sublimes du parc national de la Vanoise. La cascade du Py est l’une des plus impressionnantes du coin avec ses 80 m de hauteur. Au fur et à mesure qu’on dévale le sentier on prend du recul pour en admirer toute sa grandeur. 

Panorama sur les glaciers de la Vanoise depuis le refuge de Plaisance. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Panorama sur les glaciers depuis le refuge de Plaisance

Arrivée au parking du Laisonnay d’en bas

Cette arrivée sonne la fin de cette randonnée de 3 jours à travers les plus beaux paysages de la Savoie. Le parc national de la Vanoise est un endroit où la nature préservée est accessible à tous. Si vous souhaitez d’autres idées de randonnée dans le coin, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’office du tourisme de Champagny-en-Vanoise. 

J’espère que cet article sur ma randonnée du tour de la Vallaisonnay vous a plu. N’hésitez pas à le partager à vos amis et à l’épingler sur Pinterest avec les images ci-dessous.

Si vous cherchez d’autres inspirations de bivouacs en Savoie, rendez-vous dans la catégorie Randonnée & bivouac du blog. 

À bientôt sur WildRoad ! 

Ce séjour a été organisé en partenariat avec La Plagne ainsi que l’OT de Champagny-en-Vanoise. Je reste toutefois indépendante de mes choix éditoriaux sur ce blog. 

6 Commentaires

  1. J’ai eu la chance d’accompagner Clara dans cette aventure ! En dernière minute , j’étais déjà rentrée à Paris que me voilà repartie. Un vrai bonheur ! Fin août les lumières ne sont pas les mêmes. La présence des touristes, beaucoup plus nombreux cette année selon notre guide, donne surtout bon espoir pour la suite de la sensibilisation ! Je retiens ce glacier qui a trop fondu et qui fend le coeur, mais je retiens aussi les beaux échanges avec Hélène notre guide et ses collègues croisés sur la route (la montagne c’est une grande famille), les moments de complicité avec Clara, oui même quand elle me réveille la nuit pour des photos encore et toujours à couper le souffle (elle sait ce qu’elle fait la bougresse..!) haha. Je retiens cet itinéraire parfait, varié, pittoresque, appaisant, sportif, où toutes les trois on a pu randonner à notre rythme et dans le partage quand on le voulait ! Un grand merci ! Coline • http://www.instagram.com/colinejr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.