Utiliser le kit de sécurité avalanche DVA, pelle, sonde

Sécurité avalanche : comment utiliser le kit DVA, sonde, pelle. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

En toute saison, la montagne peut être dangereuse et plus particulièrement en hiver lorsqu’il y a des risques d’avalanches. Après avoir publié un article entier consacré à l’équipement de ski de randonnée il est temps d’aborder une autre thématique incontournable des activités hivernales. Il s’agit bien entendue de la sécurité en montagne, je vous propose un article pour vous donner les bases afin de bien utiliser votre kit de sécurité DVA, pelle, sonde. Cette trilogie d’accessoires est indispensable pour venir au secours d’une victime en cas d’avalanche. Avoir les accessoires les plus hightech et ne pas savoir vous en servir, serait une aberration. Cependant, cet article ne remplace en rien une journée de formation sur le terrain afin de vous mettre en condition réelle.


1. Préparer sa sortie en ski de randonnée en toute sécurité 
1.1. Prendre en compte les conditions météorologiques
1.2.Consulter le BERA pour sa sortie hivernale en montagne
2.Comprendre comment se forme une avalanche en montagne
2.1 . Les couches de neige qui favorisent les avalanches 
2.2. Les pentes à risque pour les activités hivernales en montagne
2.3. Les premiers réflexes à avoir en cas de formation d’une avalanche
3. Les kits de sécurité DVA, sonde, pelle : le trio qui vous sauvera peut-être d’une avalanche 
3.1 DVA ou ARVA : utiliser un détecteur de victime d’avalanche
3.2. La sonde : à utiliser pour venir au secours d’une victime ensevelie sous la neige
3.3. La pelle : ne partez jamais sans cet accessoire l’hiver en montagne
4. Le kit de sécurité ARVA pour vous accompagner en ski de randonnée
5. Suivre une formation pour apprendre à se servir de son kit de sécurité 

Préparer sa sortie en ski de randonnée en toute sécurité

Chaque année, les accidents de montagne font les gros titres des journaux français. Pour pas être le personnage principal de ces accidents, il faut avant toute chose prendre en considération les risques. Voici quelques éléments qui vous donneront les clefs pour préparer une sortie hivernale en toute sécurité.

Prendre en compte les conditions météorologiques 

Il nous arrive de programmer plusieurs semaines, voir plusieurs mois à l’avance, des dates pour réaliser une sortie en montagne. Sauf qu’il faut savoir renoncer lorsque les conditions météorologiques ne sont pas en notre faveur. Avant de partir à l’aventure, consultez les bulletins météos sur des applications spécialisées comme Météo Blue. Sachez qu’en montagne, la météo est souvent incertaine, n’hésitez pas à vérifier plusieurs fois avant et pendant votre sortie.

Renoncer à faire une activité en montagne si la visibilité n’est pas au rendez-vous. Sans visibilité, vous n’aurez plus aucun repère et donc vous pouvez vous perdre plus facilement. En plus des risques d’avalanche, il y a un grand risque de tomber en hypothermie et de finir déshydraté si vous vous égarez et que vous restez un moment dans le froid. 

Les bases de la sécurité en montagne pour une sortie en ski de randonnée, savoir renoncer devant une mauvaise météo. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Consulter le BERA pour sa sortie hivernale en montagne

En ski de randonnée comme en raquettes à neige, votre meilleur ami sera le bulletin d’estimation du risque d’avalanche, autrement appelé le BERA. Chaque jour, il est actualisé avec des données récoltées sur le terrain. Vous pouvez le trouver en ligne sur le site officiel de Météo France, où vous devrez renseigner le massif dans lequel vous souhaitez vous rendre. 

Ce document vous donne le niveau de risque d’avalanche, qui se découpe en 5 catégories, allant du plus faible (indice 1) au plus élevé (indice 5). À partir du niveau 3, une vigilance accrue est demandée à toute personne souhaitant faire une sortie en montagne. C’est d’ailleurs à ce niveau intermédiaire qu’ont lieux la moitié des accidents dues à des avalanches en hors piste. 

Savoir lire les différents niveau de sécurité de 1 à 5 pour éviter les accidents d'avalanche. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Comprendre comment se forme une avalanche en montagne

Les couches de neige qui favorisent les avalanches

Lorsque la neige poudreuse vient de tomber, on a qu’une seule envie : chausser les skis pour partir explorer la montagne. Cependant, il faut noter que 75 % des accidents interviennent dans les 3 jours suivant une grosse chute de neige. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour savoir décrypter un manteau neigeux favorable aux avalanches. 

Sans vouloir vous faire un cours de structure de plaques, on peut retenir 3 situations principales qui susciteront votre vigilance renforcée : 

  • Lorsque vous skiez sur la neige fraîche et que le vent a soufflé ou souffle encore.
  • En présence de couche fragile sous les dernières couches de neige.
  • S’il y a eu un réchauffement marqué et rapide du climat juste avant ou pendant votre sortie.

Les pentes à risques pour les activités hivernales en montagne

Sur les applications de randonnée les plus utilisées, vous pouvez sélectionner une prévisualisation des pentes de +30 %. Cette fonctionnalité est très pratique lorsque vous partez en ski de randonnée afin de repérer les endroits à risque. L’application Geoportail du gouvernement, donne un accès libre à cette information, je vous invite à consulter la page dédiée aux risques d’avalanche et à l’utilisation de cette carte des pentes. 

« Lorsque le risque d’avalanche est au niveau 3, il faut éviter les pentes de plus de 30% »

Carte des pente sur l'application Geoportail du gouvernement. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Les premiers réflexes à avoir en cas de formation d’une avalanche 

1. Fuyez latéralement par rapport à la trajectoire de l’avalanche
2. Mettez vos mains devant votre bouche et votre nez, afin de protéger les voies respiratoires.
3. Délestez-vous de votre sac à dos s’il est lourd et qu’il ne contient pas d’airbag. S’il est léger, vous pouvez le garder pour protéger votre dos des chocs. 
4. Cramponnez-vous à de gros obstacles (arbres, rocher…) pour ne pas être emporté. 
5. Faites la brasse ou le crawl, de grands mouvements vous aideront à rester en surface 

L’erreur à ne pas faire : essayer de descendre la montagne plus vite que l’avalanche en restant sur sa trajectoire. Vous ne serez jamais plus rapide que de la neige qui dévale les pentes de la montagne. 

En ski de rando, tout comme pour une autre activité outdoor, ne mettez jamais les dragonnes de vos bâtons. En cas de déclenchement d’une avalanche, vous n’aurez pas le temps de vous débarrasser de vos bâtons. Ils resteront accrochés à vous et vous empêcheront de faire des mouvements. 

Les kits de sécurité DVA, sonde, pelle : le trio qui vous sauvera peut-être d’une avalanche

DVA ou ARVA : utiliser un détecteur de victime d’avalanche

Élément indispensable du kit de sécurité, le DVA ou ARVA doit être porté par le skieur dès le début de sa sortie et jusqu’à la fin. Une fois allumé, il ne devra plus le quitter afin de garantir qu’en cas d’avalanche la recherche soit possible.

Vérifier le fonctionnement de son DVA avant une sortie 

Avant de partir en ski de randonnée, vérifiez toujours l’état des piles de votre DVA. Bien souvent, les DVA sont équipés de piles AA, mais certains peuvent également fonctionner avec un chargeur qui faut alimenter sur secteur préalablement à la sortie. Si vous êtes en groupe, pensez à « checker » chacun des membres. Pour cela, un des membres passe en mode « récepteur » et les autres en mode « émetteur ». Chacun des membres du groupe passe devant celui qui est en « récepteur » pour vérifier que son DVA envoie bien un signalement de position

Bon à savoir : Peu importe la marque de votre DVA, ils fonctionnent tous sur la même fréquence. La norme européenne en émission est de 457kHz. Vous pouvez donc partir sereinement avec vos amis qui sont équipés avec d’autres marques de DVA que la votre. 

Ne mettez jamais votre DVA et votre téléphone au même endroit. Les ondes électromagnétiques de votre téléphone peuvent brouiller le signal de votre DVA, ce qui empêchera les secours de vous localiser dans le cas d’une avalanche. Éloignez le plus possible votre téléphone de la position de votre DVA en le mettant dans votre sac. D’ailleurs, certains sac comme le freescape lite 24L de Deuter possèdent une poche spécifique hermétique aux ondes pour ranger son téléphone pendant une sortie. 

Utiliser son DVA en cas d’accident : les différentes techniques de recherche

Si vous arrivez à échapper à l’avalanche, mais qu’un membre de votre groupe est enfoui sous la neige, alors vous devrez déclencher le processus de recherche. Une fois que vous avez prévenu les secours, vous devrez passer votre DVA en mode « récepteur » afin de pouvoir détecter le signal de votre ami victime de l’avalanche. Pour obtenir votre premier signal, vous devrez parcourir la zone accidentée de manière méticuleuse et en suivant une stratégie. 

L’association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches a publié un article très complet avec les différents modes de recherche d’une victime, je vous conseille de lire cet article pour compléter ces informations. Une fois que vous avez un signale rapproché, et que vous avez délimité un petit carré dans lequel s’effectuera la suite de la recherche, il est temps de changer d’accessoire et de passer à la sonde. 

« Une victime secourue en moins de 18 min a 91 % de chance de s’en sortir. Après une heure sous la neige, ses chances ne sont plus que 19 % de survie. »  

Comment utiliser son DVA pour recherche des victimes d'avalanches. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

La sonde : à utiliser pour venir au secours d’une victime ensevelie sous la neige

Une fois que vous avez trouvé le signal le plus proche grâce à votre DVA, il est temps d’affiner la recherche avec votre sonde. Cet accessoire se monte très rapidement et dans difficulté, cependant pensez à le prendre en main avant votre première utilisation. Pour effectuer la recherche de la victime, votre sonde doit être plantée à 90° selon l’inclinaison de la neige à la surface. Une fois que vous avez touché la victime avec le bout de votre sonde, laissez-la plantée à cet endroit pour avoir un repère lors du dégagement. 

La pelle : ne partez jamais sans cet accessoire l’hiver en montagne

La pelle est l’élément le plus encombrant et le plus lourd de ce kit de sécurité, et pourtant sans elle vous n’irez pas bien loin pour effectuer un sauvetageUne pelle rigide en métal, vous assurera la robustesse nécessaire pour venir à bout des mètres de neige à déblayer avant de voir la victime. Lorsque vous aurez marqué un point avec la sonde, vous commencerez à appliquer la technique du « U » détaillé dans cet article de Montagne Secu. 

La pelle ARVA accès du kit de sécurité avalanche. crédit photo : Clara Ferrand - blog WIldroad

Le kit de sécurité ARVA pour vous accompagner en ski de randonnée 

En tant que pratiquante de ski de randonnée et de raquettes, j’effectue régulièrement des sorties en plein hiver. Pour ma sécurité, je me suis équipée d’un kit ARVA, avec une pelle et une sonde disponible sur le site de vente de matériel outdoor Hardloop. Il existe plusieurs marques qui proposent ce type de pack avec un prix situé aux alentours de 300 euros. ARVA est l’un des leaders du marché, ces détecteurs de victime d’avalanche ont fait leurs preuves dans le milieu très sélectif de la montagne. 

Ce que le Safety pack d’ARVA comprend : 

  • Un Arva EVO5
  • Une sonde Spark 240
  • Une pelle à neige Acces 

Pour prendre en main facilement votre équipement ARVA, regardez les vidéos tutos réalisés par des professionnels sur l’EVO5.

Le pack security de ARVA : DVA, sonde, pelle. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le kit DVA, sonde, pelle de ARVA

Suivre une formation pour apprendre à se servir de son kit de sécurité

Le ski de randonnée est une pratique de plus en plus prisée, chaque année de nombreuses personnes s’initient à ce sport. Comme dans toute pratique sportive, il est important d’avoir les bons gestes liés à la sécurité dès le début. C’est pourquoi je vous conseille fortement de réaliser une petite formation de sécurité sur une journée avant de faire votre première sortie. 

Des associations comme la Chamoiniarde proposent des ateliers de sauvetage en avalanche pour 15 euros la demi-journée. Vous pouvez également suivre des formations plus approfondies avec une initiation au ski de rando avec Up Guide qui organise des week-ends premières neiges à la mi-décembre pour 80 euros les 2 jours (hébergement non inclus). 

J’espère que cet article vous aura permis d’acquérir les bases pour bien utiliser votre kit de sécurité d’avalanche. Mes conseils ne remplaceront jamais ceux d’un guide professionnel, alors n’hésitez pas à pousser votre recherche un peu plus loin selon vos besoins. 

Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux et me laisser un petit commentaire. 

À bientôt sur Wildroad ! 

Comment bien utiliser son kit de sécurité avalanche : DVA, sonde, pelle. Savoir reconnaitre les risques avant sa sortie en montagne en ski de rando. crédit photo : Clara Ferrand - blog Widlroad. #avalanche #kitdesecurite #DVA #arva #sonde #pelle #skiderando #skibackcountry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *