Le tour de Belle-île-en-mer à pied : 4 jours sur le GR340

4 jours de randonnée sur le GR340 le tour de Belle-Île-en-mer

Belle-Île-en-Mer est une île située au large de la presqu’île de Quiberon et de Vannes, dans le Morbihan. La beauté de cette île n’est pas une légende, chaque personne qui revient d’un séjour à Belle-Île-en-Mer est conquis par cet endroit. C’est en septembre que j’ai décidé d’effectuer le tour de l’île à pied sur 4 jours, accompagnée de Marie une journaliste accro à la randonnée elle aussi. Nous avons tout organisé en amont, afin de profiter pleinement de cette aventure une fois sur place. Dans cet article, je vous parlerais de la préparation du GR340 et de ses particularités, mais aussi de chaque étape en détail. Le récit est entièrement illustré avec des photos prises durant ce séjour. 


– Belle-Île-en-Mer et le GR340 en quelques mots
– Comment venir à Belle-Île-en-Mer depuis le continent ?
– Quelle est la meilleure période pour randonner sur Belle-Île-en-Mer
– Mon budget pour faire le tour de Belle-Île-en-Mer à pied
– Les différents hébergements sur le GR340
– Comment se ravitailler pendant le tour de Belle-Île-en-Mer à pied ? 
– Quel équipement prévoir pour randonnée à Belle-Île-en-Mer l’été ? 
– Le détail des étapes du tour de Belle-Île-en-mer à pied

Belle-Île-en-Mer et le GR340 en quelques mots

  • Une île de 17km de long sur 9km de large
  • Elle se trouve dans le golfe du Morbihan. 
  • Le Palais est la capitale de Belle-Île-en-Mer, lieu principal où se restaurer et trouver un hôtel
  • Le GR340 fait 80 km de long pour 2000m de dénivelé
  • Le tour de Belle-Île-en-Mer se fait en 4 jours 
  • Il y a 5 300 habitants à l’année. 

Comment venir à Belle-Île-en-Mer depuis le continent

Belle-Île-en-Mer est une île totalement isolée du continent, le seul moyen d’y accéder est de venir en bateau grâce aux ferries que l’on peut prendre depuis le port de Vannes ou de Quiberon. Afin de réaliser ce séjour sur 4 jours pleins, nous sommes parties de Paris le jeudi en fin d’après-midi et nous avons dormi une nuit à Vannes avant de prendre le ferry le lendemain. Il existe toutefois une deuxième option qui est d’aller en train jusqu’à Quiberon puis de prendre le Ferry.

Comptez 2h30 en TGV direct depuis Paris gare Montparnasse pour rejoindre Vannes, alors qu’il vous faudra 1h de plus pour aller à Quiberon.

Comment accéder à Belle-ile-en-mer- depuis Vennes. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Accéder à Belle-Île-en-Mer depuis Vannes en ferry 

Depuis la ville de Vannes, la compagnie du Golfe effectue des liaisons par Ferry depuis la gare maritime (à ne pas confondre avec le port de plaisance). Si vous faites ce trajet en transport en commun, prévoyez de prendre le bus depuis la gare afin de rejoindre la gare maritime qui se trouve à 3km du centre-ville. 

Pour un aller-retour en Ferry depuis Vannes avec la compagnie du Golfe comptez en moyenne 44 euros pour un adulte. Les prix sont plus attractifs si vous faites l’aller-retour à la journée, mais ne comptez pas faire le tour de l’île dans ce cas, sauf si vous êtes un traileur. La traversée est plus longue que depuis Quiberon, elle dure environ 2h heures, car on traverse une grande partie du golfe du Morbihan. J’ai beaucoup aimé cette traversée, car elle m’a permis de me familiariser avec les paysages du littoral breton avant d’arriver sur Belle-Île-en-Mer. Les ferries pour la traversée sont des bateaux de petites tailles, ils ne peuvent pas prendre de voiture, de ce fait ils sont plus sujets aux aléas de la mer, surtout lorsqu’il y a une forte houle. 

En juillet et août les départs ont lieu tous les jours, mais en basse-saison, ils sont moins fréquents. Dans le cas où vous partiriez hors saison estivale, je vous conseille de consulter les horaires sur le site officiel de la compagnie du Golfe. 

La compagnie du Golf, des ferries pour aller sur Belle-ile-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La navette depuis le port de Vannes

Venir en ferry à Belle-Île-en-Mer depuis Quiberon

Le départ depuis Quiberon pour aller à Belle-Île-en-Mer est plus simple lorsque vous possédez un moyen de transport personnel. Dans ce cas, vous pourrez vous garer directement au port et prendre le ferry avec la Compagnie Océane . Si vous êtes sujet au mal de mer, je vous conseille de privilégier cette option plutôt que le départ depuis Vannes, car vous n’aurez que 45 minutes de bateau. 

La fréquence des liaisons entre Quiberon et Belle-Île-en-Mer est de plusieurs ferries par jour. Ce qui est un avantage en haute saison quand la fréquentation des ferries est grande. Cependant, pensez à vous y prendre à l’avance pour réserver vos billets de ferry pour les mois de juin, juillet et août. Le coût d’un aller-retour est à partir de 31 euros. 

Quelle est la meilleure période pour randonner sur Belle-Île-en-Mer 

Belle-Île-en-Mer est une île bretonne sujette aux vents et à la pluie, si vous souhaitez avoir la meilleure météo pour faire cette randonnée, alors les mois de juillet et août sont les plus sympas. Cependant, par rapport à la fréquentation de l’île et à la disponibilité des hébergements, la meilleure période serait plutôt mai, juin ou septembre. En dehors de ces mois, la météo peut être très capricieuse et la plupart des hébergements et restaurants sont fermés. À la mi-septembre nous étions les dernières randonneuses à pouvoir séjourner dans les gîtes, car après cela, ils étaient fermés au public.

Quelle est la meilleure période pour aller randonner sur Belle-Île-en-mer ? crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Mon budget pour faire le tour de Belle-Ile-en-Mer à pied

  • Aller-retour en TGV depuis Paris : 60 euros 
  • Aller-retour en Ferry depuis Vannes : 47 euros
  • Nourriture : environ 40 euros/jours soit 160 euros 
  • Hébergements 4 nuits : environ 50 euros par nuit 200 euros 

 Total du budget pour la randonnée : 467 euros par personne

Ce budget se base sur une moyenne, nous avons eu certaines nuits plus chères que d’autres, des jours où nous avons mangé au restaurant et d’autres où nous avons pris des sandwichs. Il est possible d’économiser en faisant moins de restaurants et en optant pour du camping. 

Le sentier côtier qui fait le tour de Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Les différents hébergements possibles sur la randonnée du GR340

Pendant notre tour de Belle-Île-en-Mer, nous avons testé presque tous les hébergements possibles. Nous n’avons pas prévu de bivouac cette fois-ci, car nous voulions avoir des sacs légers et la météo était incertaine. Cependant, nous avons croisé des personnes ayant plantées la tente. Dans l’ensemble, l’île est assez pauvre en hébergement le long du tracé de la randonnée, mais cela atteste de la beauté sauvage de l’île et de sa préservation. 

Les gîtes communaux dans les villages de l’île 

Sur le GR340 le gîte communal de Lannivrec à Locmaria est l’endroit parfait pour se reposer et avoir un toit sur la tête. Il se trouve juste à côté du camping municipal qui peut vous accueillir si vous avez une tente. Le gîte est un endroit convivial où l’on fait facilement des rencontres avec d’autres randonneurs. Pour réserver son lit en dortoir ou en chambre privée, il faut envoyer un mail via le site internet du gîte. Les gîtes communaux sont souvent pris d’assaut par les groupes, car ils ne sont pas chers et permette d’avoir un espace partager pour cuisiner ensemble. 

À partir de 13 euros la nuit en dortoir. Si vous ne souhaitez pas louer des draps pour 12 euros, vous pouvez apporter votre propre sac de couchage. 

Dormir dans un hôtel sur Belle-Île-en-Mer

La plupart des hôtels de Belle-Île-en-Mer se trouvent au Palais, la ville principale de l’île. Si vous voulez vous faire plaisir en réservant une nuit exceptionnelle, alors vous devez aller au Grand Large. Cet hôtel est situé à quelques mètres seulement des fameuses aiguilles de Port Coton. Comptez une centaine d’euros pour une nuit dans cet hôtel de charme. Vous pourrez aussi réserver votre table gastronomique pour le dîner, une expérience qui sera une belle parenthèse pendant votre randonnée. 

Rencontrer les habitants en faisant du Airbnb

Certains habitants de l’île ont mis leur hébergement sur Airbnb, une belle occasion de faire leur rencontre et de partager des moments conviviaux avec eux. Vous pourrez trouver certains Airbnb non loin du sentier. Auquel cas, vous pourrez prendre le bus qui fait le tour de l’île pour vous rapprocher de votre hébergement. 

Trouver un Airbnb pour se loger sur Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog WIldroad

Camping et bivouac sur Belle-Île-en-Mer

Les campings municipaux sur le GR340 

Il existe 3 campings municipaux sur l’île, cependant il n’y en a qu’un seul qui se trouve sur le sentier. Le camping de Sauzon pourra vous accueillir pour votre première nuit sur l’île. Le point positif du camping est que si vous avez prévu de bivouaquer les autres jours, au moins vous aurez une douche au compteur. Comptez environ 7 euros pour planter la tente sur un emplacement, n’oubliez pas de le réserver en avance en haute-saison. 

La réglementation du bivouac sur l’île

Le sujet du camping municipal nous amène à parler de la réglementation du bivouac sur l’île. Bien que celui-ci soit toléré, il n’est pas encouragé par les habitants de l’île qui ont peur que des centaines de randonneurs viennent détériorer cet environnement fragile. Le long du sentier, vous trouverez des endroits où planter votre tente, cependant, ils ne seront pas forcément à l’abri du vent. C’est pourquoi je vous déconseille le bivouac sur Belle-Île-en-Mer si la météo n’est pas favorable, les vents peuvent être très dangereux. De plus, un autre point qui rend le bivouac compliqué est la rareté des points d’eau, voir leurs inexistences.

Le sentier côtier à côté de la pointe de Skull.  crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Comment se ravitailler pendant le tour de Belle-Île-en-Mer à pied ?

Il y a trois moments où vous pourrez vous ravitailler sur le sentier :

À votre arrivée au Palais : au Palais se trouve les principaux commerces de l’île dont un petit Super U non loin du port. Prenez le temps de faire vos achats essentiels pour le reste du séjour, car les autres commerces que vous croiserez sur votre chemin ne seront là que pour vous dépanner. 

Le 1er jour à Sauzon : dans cette petite ville qui se trouve sur votre chemin le premier jour, il y a une boulangerie et un Spar. De quoi faire le plein pour le lendemain où il n’y aura rien pour vous ravitailler, même pas de l’eau. 

Le 3ème jour à Locmaria : ici se trouve également un Spar et une boulangerie ainsi qu’un bar tabac qui sert aussi de petite supérette le dimanche. 

Le départ du sentier côtier au niveau de la ville du Palais. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le Palais et ses maison colorées

Les sources d’eau sur Belle-Île-en-Mer, où remplir sa gourde ? 

L’eau est la plus grande problématique de cette randonnée si vous souhaitez la faire en autonomie et en bivouac. Il n’y a pas ou peu de sources d’eau le long du sentier du GR340. Le seul moyen que vous aurez pour remplir vos gourdes est soit de demander aux habitants de l’île, soit d’en acheter lorsque vous verrez un commerce. Pensez à prendre des contenants conséquent  (1,5L/pers minimum) surtout en cas de fortes chaleurs, afin d’avoir des réserves de secours. 

La lande de la côte sauvage sur Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La lande de la côte sauvage

Quel équipement prévoir pour randonnée à Belle-Ile-en-Mer l’été ?

Pour cette randonnée de 4 jours, nous avons choisi un matériel peu encombrant et léger afin d’avoir un bon rythme de marche. Voici la liste de l’équipement que j’avais pour le tour de Belle-Ile-en-Mer au mois de septembre. 

  • Un sac à dos Lafuma de 38L
  • Mon appareil photo Canon 5D mark IV et deux objectifs 
  • Un coupe-vent imperméable léger Lafuma
  • Un short de randonnée
  • Un tee-shirt en laine mérinos Forclaz 
  • Un pantalon de trek Forclaz
  • Une paire de chaussure de randonnée Merrell 
  • Des bâtons de marche 
  • 2 gourdes de 1L
  • Une paire de chaussettes en laine mérinos Monnet sport 
  • Un pyjama 
  • Un tee-shirt de rechange
  • 3 sous-vêtements 
  • Une doudoune légère Pyrenex 
  • Une mini serviette Sea to Summit
  • Une mini trousse de toilette avec les produits d’hygiène biodégradable Sloe 
  • Une batterie externe pour le téléphone
Mon équipement pour randonner à Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Les étapes du tour de Belle-Île-en-Mer à pied en 4 jours

Jour 1 : du Palais à la pointe des Poulains, 18 km ( 5h00) 

Départ du GR340 depuis le port du Palais

Après une traversée houleuse en ferry depuis Vannes, nous sommes arrivées vers 11h au Palais, la ville principale de l’île. Avant de commencer la randonnée, nous nous sommes posées quelques minutes dans un café pour reprendre nos esprits et surtout remettre de l’ordre dans nos estomacs. La paillote à Mano est un lieu sympa pour prendre un café ou boire un jus de fruits. Ensuite, nous sommes allées acheter nos sandwichs pour le midi avant de faire des courses au Super U pour les jours à venir.

Les fortifications de Vauban

Une fois ces emplettes finies, nous avons suivi les premières traces du GR340 passant par les fortifications de Vauban. Nous voilà ensuite sorties de la ville, aujourd’hui ce sont 18 km de sentier côtiers qui nous attendent. Au départ, nous croisons quelques randonneurs, puis au fur et à mesure que nous nous éloignons de la ville, ils se font plus rares. Cette première journée est très ventée, elle nous confronte directement avec les éléments de la nature, il faut dire que le département est en vigilance orange pendant les deux prochains jours. Nous avons eu le nez fin en décidant de ne pas bivouaquer pendant ce séjour. 

Les fortifications de la citadelle de Vauban au Palais. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les fortifications de Vauban au Palais

De la pointe de Taillefer à la pointe de Kerzo 

Rapidement, nous arrivons à la pointe de Taillefer, un endroit très exposé aux vents, mais nous en profitons pour nous arrêter quelques minutes, le temps de faire des photographies de la côte qui se découpe devant nous. Le sentier traverse plusieurs petites plages, souvent nous descendons au niveau de la mer pour remonter ensuite quelques mètres plus loin. Le sentier, bien qu’il suive toujours la côte, n’est pas redondant. Nous sommes sans cesse émerveillées par la beauté de Belle-Île-en-Mer. Pendant ces premiers kilomètres, nous découvrons l’île, et à ce moment là je me dis que nous n’allons pas être déçues des 4 jours de randonnée qui nous attendent. 

Le premier jour de randonnée sur le tour de Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les plages sur le sentier le 1er jour

Sauzon la ville colorée de Belle-Ile-en-Mer

Après deux heures de marche, nous avons commencé à apercevoir Sauzon, une des étapes principales de ce premier jour. Alors que nous nous croyions arrivées, nous voilà à faire le tour de la baie pour rejoindre Sauzon, ce qui nous met 30 minutes dans les pattes. N’ayant pas l’habitude de marcher sur un terrain plus au moins plat, je me suis vite rendue compte que je n’évaluais pas bien les distances, à cause de cette fausse impression de proximité. 

Le sentier côtier en direction de Sauzon. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Une des nombreuses criques sauvages de Belle-Île-en-mer

À Sauzon, nous avons fait une pause goûtée, histoire de profiter des petites maisons colorés en bord de mer. Cette petite ville est la plus mignonne de l’île, on dirait une ville de poupée avec ses façades rose et jaune ainsi que son phare où les pêcheurs viennent se retrouver. Pendant cette halte, nous en profitons pour acheter une baguette en prévision de nos sandwichs du lendemain. Sur une île où il y a peu de ravitaillement, il faut toujours avoir un coup d’avance.

Fin du premier jour du tour de Belle-Ile-en-Mer à la pointe des Poulains 

Nous parcourons ensuite les 6 derniers kilomètres de la journée pour rejoindre la pointe des Poulains où se trouve notre Airbnb pour la nuit. Nous sommes mi-septembre et la nuit tombe aux alentours de 19h30, alors en fin d’après-midi la lumière commence déjà à avoir de jolie tons dorés. Je m’arrête à toutes les criques pour prendre des photos tellement le spectacle est magnifique. 

Un coucher de soleil à la pointe des poulains. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le coucher de soleil à la pointe des Poulain
Le phare de la pointe des Poulains sur Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le phare de la pointe des Poulains

Une fois arrivées à notre Airbnb, nous posons nos affaires et nous allons directement à la pointe des Poulains, profiter du coucher de soleil. Ce moment est sûrement l’un des plus magiques de ce séjour. Le phare de la pointe des Poulains se trouve sur une presqu’île. À marée basse, la plage de la pointe des Poulains laisse découvrir de nombreuses cavités qui me rappellent beaucoup la plage de Murder hole beach en Irlande. Ce soir-là, la mer était agitée à cause du vent, mais grâce à cela les vagues venaient s’éclater contre les falaises laissant l’écume se répandre à chaque fracas. Toutes les conditions étaient réunies pour faire des belles photos de cet endroit mythique de Belle-Île-en-Mer.

Jour 2 : de la pointe des Poulains aux aiguilles de Port Coton 21km (5h30)

Départ sous la tempête de la pointe des Poulains

Au petit matin de ce deuxième jour, c’est une île sous la tempête que nous affrontons. Nous comprenons alors tout le sens de l’alerte météo orange. En fin de matinée, la pluie qui s’abattait sur nous devient petit à petit une douce bruine. Étrangement, la météo ne nous dérange pas, car nous nous attendions à avoir au moins une journée pluvieuse. Le ciel chargé donne une ambiance mystérieuse aux paysages et nous marchons plus rapidement, car nous ne nous arrêtons pas pour prendre des photos. 

Tempête sur la pointe des poulains à Belle-île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Tempête sur la pointe des Poulains

Les grottes de l’Apothicairerie et les ruines de l’ancien sémaphore

Pendant cette deuxième journée, c’est au niveau des grottes de l’Apoticairerie que se trouve l’un des plus beaux panoramas. Les hautes falaises abruptes me donnent comme sensation d’être toute petite face à la nature. À ce moment de la randonnée, nous croisons un groupe de 3 hommes qui font eux aussi le tour de l’île à pied. On échange quelques banalités puis on se remet en route en se suivant toujours à vue. 

L'apoticairerie sur Belle-île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les falaises déchiquetées de Belle-Île-en-mer

La grande plage du Donnant

Nous avons parcouru 12 km quand nous arrivons à la plage du Donnant, qui est en fait coupée en deux par des rochers. Ici en été, quelques randonneurs aiment planter la tente, nous décidons nous, de faire notre pause pique-nique avec les sandwiches préparés la veille. La plage du Donnant est bordée de dunes, des affiches nous informent qu’il ne faut pas sortir du sentier délimité sous peine de détériorer cet environnement fragile. Encore une fois, la beauté de cet endroit nous envoûte, nos pas laissent des empreintes de notre passage dans le sable. 

Les dunes protégées de la plage du Donnant à Belle-Île-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les dunes de la plage du Donnant

À la découverte des aiguilles de Port Coton peinte par Monet

Plus nous nous approchons des aiguilles de Port Coton, plus nous croisons de monde sur le sentier côtier. D’ailleurs, si vous ne voulez pas faire tout le tour de l’île à pied, il est possible de faire uniquement les parties qui vous intéressent à la journée et de revenir en bus au Palais. C’est au milieu de l’après-midi que nous arrivons aux aiguilles de Port Coton, cet endroit peint par Monet suscite beaucoup d’émotions. Le ciel est encore chargé quand nous les voyons pour la première fois, mais nous décidons d’aller nous poser à notre hôtel Le Grand Large, situé à seulement 500 mètres de là pour attendre le coucher de soleil au chaud. 

Les aiguilles de port Coton sous la tempête. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les aiguilles de Port Coton sous la tempête

À 18 h, nous ressortons pour admirer les lumières de la fin de journée. Le paysage est grandiose. Nous décidons d’emprunter un petit sentier abrupt qui descend sur la plage au niveau des aiguilles. Ici, nous sommes coupées de la foule, ce qui est très agréable. Pour le coucher du soleil nous décidons de remonter voir une dernière fois ce paysage revêtu des plus belles couleurs composant la palette d’un peintre. 

Les aiguilles de port Coton depuis la plage. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La plage de Port Coton

Une nuit à l’hôtel du Grand Large

L’hôtel du Grand Large est un hébergement de choix pour vous accorder une nuit tout confort sur Belle-Île-en-Mer. Nous avons très bien été reçues par le personnel de l’hôtel qui a été aux petits soins pour nous. La proximité de cet hôtel avec les aiguilles de Port Coton en a fait un lieu incontournable pour boire un café ou pour dîner à l’une des tables de son restaurant gastronomique

Jour 3 : Sur la côte sauvage de Belle-Île-en-Mer sur le GR340, 23km 

La pointe du Tallut une étape incontournable du tour de Belle-Île-en-Mer

Pour ce troisième jour, nous avons décidé de nous lever tôt, afin de profiter des belles lumières du début de la journée. La pointe du Tallut se situe seulement à quelques kilomètres de notre hôtel, on la repère facilement avec son sémaphore. Lorsqu’on s’approche de bord de la pointe, on découvre un horizon parsemé de rochers tranchants qui ressemblent à des ailerons de requin. Ce paysage est l’un des plus marquants du tour de Belle-Île-en-Mer. Il annonce la beauté du relief que nous allons croiser tout le long de cette troisième journée de randonnée.

Devant l'hôtel du Grand large sur le sentier côtier. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les rochers de la pointe du Tallut le 3 eme jour du tour de belle-Ïle-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La pointe du Tallut et ses rochers en forme d’ailerons
La pointe de borner et l'île. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La pointe de Bornor

Les plus belles plages de Belle-Île-en-Mer sur la lande de la côte sauvage 

Le soleil est revenu, avec lui, nous découvrons une eau turquoise digne des caraïbes. Au milieu de notre journée, nous traversons plusieurs plages, parmi les plus belles de l’île. La plage d’Herlin, de Baluden et de Pouldon, un enchainement de sable doré qui nous remplit de joie pour la suite. Cette troisième journée est celle du plus gros dénivelé. Les falaises sont plus hautes que celles que nous avons vues jusqu’à maintenant. Certaines pentes sont similaires à ce que l’on peut trouver en montagne, cependant à chaque fois, la difficulté est seulement sur des petits passages.

La plage de Herlin le long du sentier côtier de Belle-Ïle-en-mer. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le tour de Belle-Ïle-en-mer à pied le 3 eme jours de Port Coton à Locmaria. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
La plage de Baluden

De la pointe de Skull au village de Locmaria

Nous achevons la découverte de la lande de la côte sauvage à la pointe de Skull, après cette étape, nous continuons quelques kilomètres avant de tomber sur les plages aux abords de Locmaria. Nous finissons cette journée de marche en fin d’après-midi et nous partons à la recherche d’un endroit où nous ravitailler. Il faut dire que nous arrivons un peu à court de nos provisions, il faut que nous prévoyions de quoi faire les sandwichs du lendemain midi, car ce soir, nous avons réservé une table au restaurant du Chouk’azé. À notre arrivée au bar tabac du coin, nous découvrons que celui-ci fait aussi office d’alimentation générale, une aubaine pour nous. Parmi les rayons alimentaires, nous tombons sur les 3 comparses que nous avions croisées la veille, nous décidons alors de nous raconter nos journées respectives autour d’une bière.

Une nuit au gîte communal de Locmaria 

Pendant ce tour de Belle-Ile-en-Mer, nous avons testé les 3 types d’hébergements possibles sur l’île. Pour cette dernière nuit, le gîte communal de Locmaria nous semblait être la meilleure option, car il était disponible et pas trop cher. Ce soir-là, il y a avait un autre groupe de randonneurs avec qui nous avons partagé notre expérience. Ils nous ont d’ailleurs raconté leur aventure traumatisante de bivouac sur la plage du Donnant infestée de rats.L’équipement du gîte communal était très sommaire, mais suffisant pour se reposer une nuit et recharger les batteries afin de repartir d’un bon pied pour la dernière journée de marche.

Jour 4 :de Locmaria à notre arrivée à pied au Palais, 16 km (4h)

Tout à l’Est de Belle-Île-en-Mer à la pointe de Kerdonis 

C’est aux alentours de 9h que nous quittons Locmaria pour débuter cette dernière journée sur le GR340. Nous voici à la dernière étape de cette grande randonnée itinérante alors que nous commençons tout juste à nous habituer aux heures de marche quotidienne. Au bout d’une heure seulement nous arrivons à la pointe de Kerdonis, le point le plus à l’est de Belle-Ile-en-Mer. Ici se trouve un phare très photogénique, c’est aussi là que débute la traversée de plusieurs grandes plages.

La plage des grands sables et son ensemble de fortifications 

La plage des grands sables fait pas moins de 2 km de large, c’est également ici que se trouve le plus grand ensemble de fortifications de France. Sous ce fond historique, nous profitons de ces derniers instants, entourées par un air marin. Cette journée est la plus courte du tour, nous arriverons rapidement au Palais, bien que la météo ai décidé une dernière fois de nous arroser.

Retour à la civilisation et au port du Palais

L’heure du déjeuner est presque passée lorsque nous arrivons au Palais. Alors nous décidons de partir rapidement à la recherche d’un endroit où nous restaurer, nous avons bien mérité un bon plat de moules frites après ces 4 jours de randonnée.C’est au restaurant du Poisson Rouge que nous trouvons une table et un personnel accueillant. Le patron est un bellîlois qui en connait un rayon sur le GR340 que nous venons d’achever. Marie en profite pour l’interviewer afin d’étoffer son reportage. C’est sur cette note joyeuse que cette aventure se termine, le ferry nous attend pour nous ramener à Vannes où nous devrons prendre notre train pour Paris le soir même.

J’espère que ce récit du tour de Belle-Île-en-Mer à pied vous aura donné envie de le faire vous aussi.Je vous invite à aller voir les articles des autres treks que j’ai pu faire en France comme le GR5 dans les Vosges ou la traversée des Volcans d’Auvergne.N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux ou à l’épingler sur Pinterest avec les images ci-dessous.

À bientôt sur Wildroad !

Un grand merci à Marie de m’avoir accompagnée pour cette aventure et d’avoir pris des photos de moi.Je tenais également à remercier l’OT de la Bretagne ainsi que l’hôtel du Grand Large pour nous avoir aidés à organiser ce séjour.

12 Commentaires

  1. Quels beaux paysages ! Tes photos font rêver J espère au printemps pouvoir m y rendre …Merci pour ce partage en attendant

  2. Bonjour,
    Merci pour ce reportage très intéressant. J’ai fait cette rando en trois jours deux années de suite et dans les deux sens au début des années 1990 avec des copains, mais à 20 ans c’est plus facile… Quatre jours, c’est bien pour admirer le paysage sans trop souffrir. La partie Côte Sauvage est sans conteste la plus difficile. Je vous signale deux petites erreurs dans les noms de lieux: c’est la Pointe du Skeul (l’Échelle en breton), et non de Skull, et la Pointe du Talut. Les randonnées à vélo sur l’île sont aussi très sympa, mais il vaut mieux avoir un peu d’entraînement si l’on n’a pas de moteur électrique.
    Amitiés et bonne route,
    Pierrick (demi-bellilois).

  3. Très beau récit, je cherchais une randonnée à faire, je n’ai plus à chercher, si juste une personne qui serait partante pour m’accompagner, si une personne est intéressée, contacter moi au 063304183, au plaisir.

    1. à cyrille: si vous êtes partant pour la rando belle ile en Mai, je me propose aussi! votre numéro manque un chiffre, je ne peux vous contacter!!!
      Lorenzo

  4. Un rêve à réaliser depuis que j’ai lu l’article y faisant référence sur Chilowé ! Ravie de connaître ton expérience et encore plus impatiente de pouvoir organiser cette grande randonnée aux beaux jours !
    Bons chemins !

  5. Bonjour,
    Je commence juste mon « étude » sur ce GR340 que j’ai l’intention de faire en septembre 2021.
    Le faire en 4 jours me paraissait un peu court mais je vois que c’est possible ! Je n’ai pas suivi votre itinéraire sur une carte, mais vous avez suivi la côte tout le tour ? Vous n’avez jamais coupé le circuit par l’intérieur ?
    Je vous remercie d’avance pour votre temps et votre réponse.
    Cordialement,
    Glady DURNEY

    1. Bonjour Glady, le tour en 4 jours est vraiment faisable même en marchant lentement. N vous avant suivi l’intégralité du sentier côtier sans couper. Nous avons même fini à 13h le dernier jours, donc je dirais que 3,5 jours c’est suffisant pour quelqu’un qui marche régulièrement.
      Bonne rando !

  6. Bonjour Clara et à tous!
    super exposé de votre rando qui semble très intéressante.
    je vais en noter quelques conseils importants suite à votre expérience.
    je comptais justement faire cette grande balade en bivouac début Mai 2021. je ne sais pas si les hébergements seront ouverts!?… si j’ai bien compris, le bivouac, c’est plutôt compliqué… je me rabatterais sur des gites ou camping alors.
    j’ai fait 2/3 du GTJ en 2020 (comprenant le GR5 et GR9) sur la chaîne du Jura , c’était sympa mais éprouvant! je compte bien terminer cette GTJ cette année (jusqu’au Lac du Bourget).
    en tous cas merci Clara et si des aventuriers veulent se joindre à moi en Mai: 06 50 40 80 45, lorenzo

    1. Bonjour Lorenzo,

      compte tenue de la situation sanitaire en France, je ne suis pas sûr que les hébergement seront déjà ouvert,t mais vous pouvez tout à fait les contacter pour savoir ce qu’il en est.

      Bonne rando !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.