Bivouac dans le massif du Beaufortain au lac de Presset

Bivouac au lac de Presset dans le Beaufortain. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Cet été, j’ai enfin eu l’occasion de me rendre au lac de Presset, un endroit que je convoitais depuis longtemps pour y faire un bivouac. Situé à plus de 2500 m d’altitude, ce lac n’est dégelé qu’une petite partie de l’année, il faut donc saisir la fenêtre pendant les journées chaudes d’été. Dans un décor de rêve avec le sommet mythique de la Pierra Menta, une incroyable diversité de faune et de flore s’offre à celui qui sait en prendre soin et l’observer sans la toucher. Vous croiserez sûrement des bouquetins cachés dans les montagnes savoyardes. Je vous laisse avec le topo détaillé de cette randonnée au départ du Forand.


Quelle est la bonne période pour randonner dans le Beaufortain ?
Quel matériel prévoir pour un bivouac au lac de Presset ? 
Les règles à connaître pour bivouaquer en toute sérénité en montagne 
Ce qu’il faut savoir pour faire un bivouac au lac de Presset
Partir en montagne avec un guide pour votre premier bivouac
Mon itinéraire de la randonnée bivouac du lac de Presset en Savoie 

Quelle est la bonne période pour randonner dans le Beaufortain ?

Le Beaufortain est un massif des Alpes du Nord situé en Savoie, il est accessible en randonnée sans équipement particulier à partir de fin juin. La meilleure période pour découvrir ce coin de la Tarentaise est de fin juin à début septembre. En dehors de cette période, la neige peut être présente et vous empêcher de randonner. Lorsque vous faite une sortie en montagne, il est important de consulter un bulletin météorologique fiable, autre que celui d’Apple. Les sites comme Météo Bleue et la chaîne météo, sont de bonnes références.

Le lac de Presset est situé à plus de 2500m d’altitude, il est donc fort probable qu’il soit encore sous la neige au mois de juin lorsque le printemps n’a pas été très ensoleillé. Privilégiez vraiment Le plein été si vous voulez photographier le reflet de la Pierra Menta sur le lac.

Quelle ets la bonne période pour randonnée dans le Beaufortain en Savoie. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Quel matériel prévoir pour un bivouac au lac de Presset ?

Voici une liste du matériel essentiel à prendre avec soi pour un bivouac en montagne. Idéalement, le poids de votre sac ne doit pas dépasser 10 % de votre poids corporel, mais je préconise de ne pas dépasser les 10 kg pour une femme et les 13kg pour un homme. Cette règle est à adapter selon votre forme physique et votre taille, pour ma part je prends généralement un sac de 50 L qui pèse environ 13 kg.

Ce qu’il faut mettre dans votre sac de bivouac :

  • Un duvet confort 0 degré
  • Une tente de bivouac légère type MSR Hubba Hubba nx
  • Une gourde deux fois 1L
  • Une trousse de secours
  • Une lampe frontale
  • Un matelas de bivouac gonflable ou tapis de sol 
  • Un réchaud avec gaz, briquet etc
  • Des sous-vêtements en laine mérinos pour la nuit
  • Une doudoune
  • Un bonnet
  • Des gants
  • Une paire de chaussettes de rechange 
  • Un petit sac poubelle pour ramasser ses déchets
  • Du PQ
  • Un couteau 
  • Des lunettes de soleil
  • De la crème solaire 
Que prendre en bivouac pour camper en montagne en Savoie. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Les règles à connaître pour bivouaquer en toute sérénité en montagne 

Afin que le bivouac continu à être autorisé en montagne, il est important que chacun connaisse et respecte les règles du bivouac. C’est pourquoi à chaque nouvel article sur ce blog parlant de bivouac, je mets un point d’honneur à les rappeler.

– Planter votre tente 1h avant le coucher du soleil, ou après 19h en été
– Rangez votre campement avant 9h
– Ne laissez pas de trace de votre passage, ramassez tous vos déchets
– Ne faites pas de feu de camp
– Respectez la tranquillité des lieux, ne criez pas ou ne mettez pas de musique pour ne pas déranger la faune.

Ce qu’il faut savoir pour faire un bivouac au lac de Presset 

Le lac de Presset est une zone naturelle protégée, pour cette raison, il est interdit de bivouaquer autour du lac sans en avoir l’autorisation. Vous devez contacter en amont de refuge de Presset pour demander l’autorisation de planter votre tente. Cela permet de préserver la beauté du lieu et de réguler le bivouac dans ce coin du Beaufortain. L’autorisation de bivouaquer est gratuite, mais si vous n’en avez pas fait la demande auparavant, vous serez prié d’enlever votre campement le jour J. De plus, la zone de bivouac est bien délimitée par un panneau qui informe le campeur qu’il doit planter sa tente autour du refuge et non de l’autre côté du lac. 

les règles à connaitre pour faire un bivouac en montagne. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Partir en montagne avec un guide pour votre premier bivouac

Guillaume est un guide de montagne qui propose des sorties autour de la Plagne. Photographe par passion, il réalise également de très belles photos animalières. Lors de mon séjour en Savoie, j’ai pu tester un de ses Mountains Camp dont je vous parle dans un article dédié. L’avantage de partir en montagne avec un guide est qu’il connaît son secteur comme sa poche et qu’il pourra vous amener hors des sentiers battus. De plus, si vous n’avez jamais fait de bivouac auparavant, il est plus sympa de partir avec un guide qui saura vous donner les bons conseils pour passer une bonne nuit en montagne. 

Partir en randonnée sur deux jours avec un guide dans le Beaufortain pour faire son premier bivouac. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Topo randonné du lac de Presset : 
Durée : 6h30 ( 3h de montée) 
Distance : 17 km 
Dénivelé : 1375 m D+
Niveau : moyen + 
Type : boucle 
Point de départ et d’arrivée : le Forand 

Départ de la randonnée du parking du Forand

Le parking du Forand est accessible à partir du printemps et jusqu’aux premières grosses chutes de neige. Une fois cette période passée, il faudra vous garer 1 km avant sur la route et marcher. Au niveau du parking, se trouve un panneau indiquant la faune et la flore que vous pourrez apercevoir lors de cette randonnée. Le chemin carrossable traverse tout le vallon de l’Ormante, avant d’entamer la montée en direction du refuge de la Balme. 

Une pause spéciale tarte aux myrtilles au refuge de la Balme

Cette première partie de randonnée jusqu’au refuge de la Balme est vraiment familiale. Il suffit de gravir 400 m de dénivelé bien étalés sur plusieurs kilomètres. Le refuge de la Balme est très mignon, il possède des logements individuels dans des petits chalets savoyards. Il est situé à 2000 m d’altitude, et de là on peut déjà voir le sommet de la Pierra Menta. Pour une demie-pension avec nuit en refuge, comptez 48 euros par adulte et 38 euros par enfant. 

Une randonnée magique dans le vallon de Presset

Après avoir fait le plein d’eau à la fontaine et mangé une bonne tarte aux myrtilles faite maison, il est temps de repartir en direction du lac de Presset en prenant le sentier sur la droite derrière le refuge. Ici, commence la vraie montée, on suit alors le torrent de l’Ormente qui forme de petites cascades par endroit. Sur cette partie, on croise pas mal de randonneurs qui effectuent le tour du Beaufortain ou le GR5 qui n’est autre que la grande traversée des Alpes. 

Vallon de Presset pour accéder au refuge par le GR5. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Vallon de Presset

Arrivée au refuge de Presset avec le panorama sur le Beaufortain

Après 3 h de montée, donc une heure un peu plus intense sur la fin, on arrive au niveau du refuge de Presset. Ce refuge est géré par la FFCAM, plus connu sous le nom de club Alpin. Il a fait partie d’une grande campagne de rénovation et de construction des refuges alpins par la FFCAM lancée dans les années 2000. C’est en 2013 qu’a eu lieu l’inauguration du nouveau refuge du Presset, dont l’architecture demeure similaire à l’ancien, mais avec une grande modernité ajoutée. 

Dans ce cadre enchanteur avec la vue sur la Pierra Menta, les gardiens du refuge veillent au respect de l’environnement qui les entoure. Le lac est la seule source d’eau potable, pour que cela le reste, il est important que le randonneur ne jette pas ses déchets ou ne fasse pas ses besoins autour. 

Informations pratiques pour dormir au refuge de Presset 
Tarifs pour une nuit : 
24,30 euros par adulte,
19,45 euros pour les – de 18 ans,
13,35 euros pour les jeunes de 8 à 18 ans,
Gratuit pour les moins de 8 ans. 

Nombre de couchages : 18 dont 3 dortoirs 

Période de gardiennage : en général, la fin septembre, mais renseignez-vous directement sur le site internet de la FFCAM 

Bivouac autorisé autour du refuge en se signalant aux gardiens
Leur spécialité : la tarte aux noix maison 

Réservez votre nuit au refuge de Presset 



Dormir au refuge de Presset et réserver votre bivouac. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le refuge de Presset rénové par la FFCAM

Installation du bivouac autour du lac de Presset en Savoie

Après s’être signalés aux gardiens du refuge, nous avons installé notre tente à proximité de ce dernier. Nous sommes arrivés assez tôt afin de pouvoir choisir un emplacement sympa avec une vue dominante sur la Pierra Menta et le vallon de Presset. Il était déjà trop tard pour passer au col des Fonds, mais cela sera pour une prochaine fois, car il paraît que la vue sur le massif du Mont-Blanc y est spectaculaire. Nous avons installé notre tente sans difficulté, car la météo était plutôt douce ce soir-là. Heureusement, nous étions assez loin du lac pour ne pas trop sentir l’humidité due à la nuit et à la présence d’eau en abondance. 

Petit conseil de bivouac : ne vous installez jamais à une trop grande proximité des sources d’eau, ni dans une cuvette pour éviter l’humidité. Cela peut paraître une bonne idée pour se protéger du vent, mais c’est en fait une erreur commise très souvent par les débutants. 
Le lac et le refuge de Presset au coucher du soleil. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le refuge et le lac de Presset

Une nuit étoilée et un réveil avec les bouquetins dans le Beaufortain 

Après le dîner pris en refuge, nous avons profité du magnifique coucher de soleil pour faire des photos du lac avec un reflet presque parfait du refuge et de la Pierra Menta. Un peu plus tard dans la nuit, j’ai pu photographier une magnifique voie lactée. La montagne offre un cadre privilégié pour faire de l’astro photographie, car la pollution lumineuse y est inexistante. 

Bivouac et ciel étoilé face à la Pierra Menta en été. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
la Voie lactée au dessus de la Pierra Menta

Au réveil, après avoir été photographier les sommets alpins dans une zone en hauteur de notre bivouac, nous avons vu un troupeau de bouquetins juste autour de notre tente. Il y avait beaucoup de mâles assez proches de nous, et des étagnes avec leurs petits un peu plus loin. Un des jeunes mâles s’est approché de moi, il était très curieux et m’a même fait un numéro de charme avec une fleur dans la bouche. 

Des bouquetin à coté de notre tente au lac de Presset. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Deux bouquetins mâles à côté de notre bivouac
Le lac de Presset : la randonnée incontournable du massif du Beaufortain en Savoie. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad

Mon conseil pour observer et photographier des bouquetins en Savoie

Les bouquetins sont des animaux sauvages, le meilleur moyen de les observer est de rester discret et à une certaine distance. Si vous essayez de vous en rapprocher, ils se feront la malle dès qu’ils vous auront vu. Si vous souhaitez les photographier, le mieux est d’être équipé d’un téléobjectif, ce qui vous permettra de faire de beaux portraits en étant à plusieurs mètres d’eux. Pour ma part, je les photographie avec un objectif Canon L 100-400 f4. Le meilleur moment pour les observer est au lever du soleil et juste un peu après le coucher du soleil. À ce moment, ils sont moins visibles de leurs prédateurs et donc ils sortent plus facilement à portée de vue des humains. 

La faune du massif du Beaufortain : troupeau de bouquetin au refuge de Presset. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Les bouquetins savoyards

Retour par le col du Mont-Rosset, une variante du tour du Beaufortain

Pour le retour, Guillaume notre super guide, nous a proposé une variante afin d’aller voir un autre lac de montagne, bien moins fréquenté que le lac de Presset. Nous avons donc pris la direction du col du Mont-Rosset après avoir traversé de nouveau le vallon de Presset. Au passage nous avons vu des marmottes aux aguets juste au-dessus du refuge de la Balme. La montée du col a été plutôt douloureuse pour moi avec mon sac de 13kg sur le dos, j’ai été à mon rythme afin de ne pas trop m’essouffler et de profiter du paysage. Encore une fois, nous étions à proximité d’un torrent de montagne, ce qui me permettait de me rafraîchir lorsque mon corps surchauffait. Le col se trouve à 2291 m d’altitude, de là on peut voir les glaciers de la Vanoise dont le Mont Pourri (3779m). 

la montée au col du Mont-Rosset dans le Beaufortain. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Col du Mont-Rosset

Le lac de la Portette, un endroit sauvage et préservé

Pour accéder au lac de la Portette vous devez prendre à droit après le col du Mont-Rosset, le sentier est très étroit, il est beaucoup moins fréquenté que le côté du lac de Presset. On arrive rapidement au lac alpin, entouré d’une muraille rocheuse constituée de la pointe de la Portette, de la Grande Parei et du Roc de la Charbonnière. L’endroit parfait pour faire une pause pique-nique et tremper les pieds dans le lac. 

Lac de la Portette dans le massif du Beaufortain. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Lac de la Portette

Descente sur le Fornand par le chalet du Mont-Rosset

Afin de boucler cette randonnée, nous avons continué en direction du chalet du Mont-Rosset où se trouve un troupeau de vache laitière. Une fois passé la croix du belvédère qui donne une vue sur la vallée de la Tarentaise, nous avons entamé ce que je pourrais appeler « la descente de la mort ». Nous devions descendre 500 m de dénivelé en à peine un kilomètre, ce qui donne quelque chose de très pentu qui peut mettre à rude épreuve vos genoux. En sortant du bois Borne, nous avons aperçu les chalets de Saint-Guerin, qui signifiaient l’arrivée prochaine au parking et donc la fin de cette belle boucle sur deux jours dans le Beaufortain. 

Cette randonnée est une des incontournables du massif du Beaufortain et on comprend vite pourquoi au vu de la beauté de ces montagnes et de ces lacs. Notre guide Guillaume, nous a emmené dans des endroits sauvages dans lesquels je ne me serais peut-être pas aventurée seule. Je le remercie pour sa gentillesse et son professionnalisme. 

Si vous souhaitez d’autres idées de randonnée et de bivouac dans la Savoie, n’hésitez pas à lire mon article sur le tour du Vallaisonnay en Vanoise. 

À bientôt sur Wildroad ! 

Cet article est le fruit d’une collaboration avec l’office du Tourisme de la Grande Plagne, que je remercie pour leur confiance renouvelée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *