Comment réussir son bivouac dans les Dolomites ?

Partir à l’aventure !

Dans mes aventures j’embarque toujours mes amis, et la première à répondre présente c’est ma petite girl trotteuse favorite, Marelune ! Alors lorsque nous avons parlé d’un séjour de 5 jours dans les Dolomites on a tout de suite pensé au bivouac parce qu’on aime être au plus proche de la nature. C’était également pour nous la solution afin de pouvoir être mobile et de décider au jour le jour où nous allions dormir sans être dépendante de faire le check-in à telle heure dans tel hotel.

Dolomites tre cime di Lavaredo

Ma première fois

La première fois que j’ai fait du bivouaque c’était en Écosse l’Été dernier avec Hélène, une autre amie passionnée de voyage. On peut dire que c’est elle qui m’a initiée au camping et qui m’a appris à penser à toutes les petites choses pour que ça se passe au mieux. Je n’avais jamais dormi dans une tente auparavant mis à part pour des festivals de musique, mais, là c’est une autre ambiance…Tout ça pour vous dire que le bivouac est accessible à tous même si vous n’en avez jamais fait ! Et puis l’essayer c’est l’adopter 😉

Old Man of Story Ecosse

Qu’est ce qu’un bivouac ?

On désigne un bivouac un campement que l’on installe en fin de journée et qu’on lève au matin, sans laisser de traces dans la nature bien sûr ! Un bivouaque se pratique généralement en montagne, mais cela peut se faire également dans un endroit naturel autre comme sur une plage ou un désert. Le bivouaque est différent du camping-car pour accéder au point où l’on plantera la tente il faut marcher afin de s’éloigner au plus des routes ou des habitations.

Dolomites Tre cimes di Lavaredo

Le matériel à emporter :

Lorsqu’on doit marcher quelques heures avant d’arriver au point final, il est important de ne pas trop s’encombrer, je vais donc vous lister les choses indispensables à mettre dans votre sac à dos. Je reviendrais sur le sac à dos en lui-même après.

  • La tente : Tout dépend du nombre de personne qui viennent bivouaquer avec vous. Concernant notre séjour dans les Dolomites nous avions une tente deux places, la Hubba Hubba NX de chez MSR gear. Cette tente pèse 1,7kg, elle est donc très légère et ne prend pas trop de place. De plus elle possède deux ouvertures et deux auvents sous lesquels il est possible de ranger les sacs. Cependant, elle est fragile, les matériaux utilisés étant légers, ils sont aussi moins robustes.

 wildroad_dolomites-8713

  • Le Duvet : Pour bien le choisir, il faut que vous considériez la température moyenne durant la nuit de l’endroit où vous allez bivouaquer. En sachant qu’en altitude cela peut vite se rafraîchir. Lorsque je bivouaque en montagne, je prends toujours mon duvet Trek 500 qui descend à 0° en plume de chez Quechua.

wildroad_dolomites_duvet

  • La matelas :  Vous avez 3 choix concernant le type de matelas : celui en mousse type yoga, l’autogonflant, et le gonflable. Le premier est plus encombrant, mais increvable, il ne vous fera jamais défaut. Le deuxième prend un peu de place, mais c’est selon moi le plus confortable, cependant, veillez à toujours avoir sur vous un kit de réparation. Le troisième est nettement plus compact, mais c’est également celui qui isole (hormis les modèles de Seat to Summit) le moins et qui est le moins confortable. J’ai essayé les trois types et aujourd’hui je prends toujours mon Therm-a-rest Trail Lite, un matelas autogonflant car c’est sur celui-ci que je passe les meilleures nuits. 

  • L’oreiller : Là encore plusieurs choix s’offrent à vous. Vous pouvez décider de simplement rouler en boule une veste ou d’utiliser un sac en tant qu’oreiller ou bien avoir un vrai oreiller ! Moi, j’ai investi dans un Therm-a-rest qui me permet d’être très confortable même en Bivouac. Cependant, je ne l’emmène pas avec moi lorsque je dois faire vraiment léger.

  • Le réchaud : Pour deux personnes, prenez simplement un petit réchaud à visser directement sur la bonbonne de gaz. Pour les Dolomites, nous avons utilisé celui de Primus et le Gaz rouge Iso Pro de chez MSR Gear.

wildroad_dolomites_rechaud

  • Lampe frontale : Cet accessoire est indispensable pour organiser la tente une fois la nuit tombée, ou même tout simplement pour aller aux toilettes ! Vous pouvez en trouver à partir de 5 euros chez Décathlon. 

  • Un couteau Suisse : Pour manger le saucisson il vous sera bien utile…

     

wildroad_dolomites_picnique

Quel sac à dos choisir pour partir en Bivouac ?

Pour transporter tout se matériel, il nous faut un sac à dos, et pas n’importe lequel. Durant notre séjour dans les Dolomites j’ai eu l’occasion de tester le sac à dos Trek 900 50L+10L  de la marque Forclaz. Il est important d’avoir un bon maintient au niveau du dos afin que le poids soit réparti sur vos hanches plutôt que sur votre dos. Avec le sac Trek 900 il est possible de régler l’espacement entre les groupes bretelles/coussinets haut du dos et la ceinture afin qu’il soit bien adapté à notre taille, pour moi qui suis plutôt grande cela est très pratique, de même pour les bretelles que l’on peut plus ou moins écarter sur les côtés.

wildroad_dolomites_passopordoi1

Pour bien régler votre sac il faudra vous assurer que celui-ci repose à 90% sur vos anches, assurer vous que le sac colle bien à votre dos en ajustant bien les sangles de rappel de charge qui se situe au-dessus des bretelles.

wildroad_dolomite_forclaz4

Les ouvertures du sac à dos de trek par le devant et le haut permettent d’avoir accès rapidement et facilement à tout objet. L’extension de 10L peut être utilisée si on a vraiment besoin de rajouter des choses au-dessus du sac, mais dans l’idéal il est bien de s’en passer.

Le petit plus de ce sac est de posséder deux emplacements spécifiques pour les gourdes de chaque côté en plus des filets latéraux.

wildroad_dolomites_forclaz2 copie

Nos deux bivouacs de rêve dans les Dolomites :

1. Passo Pordoi

Nous avons trouvé ce bivouac grâce à un jeune de la région rencontré la veille. En fin de journée, nous avons pris le téléphérique (16 euros par personne) qui mène directement en haut de Passo Pordoi avec nos sacs à dos. Nous sommes arrivée au sommet alors que tout le monde redescendait. Nous avions 2 h avant qu’il fasse nuit pour trouver l’endroit idéal pour camper, nous avons donc dévié du chemin principal pour trouver une terrasse un peu en contrebas à l’abri de tout regard et à environ 15 min du téléphérique. Face aux montagnes de pierre blanche pour avons placé et fixé la tente avec des cailloux trouvé autour du campement. Nous étions seules au monde face à l’immensité de cette nature !

wildroad_dolomites_passopordois4

wildroad_dolomites_passopordoi4

wildroad_dolomites-9896

2. Tre Cimes di Lavaredo

Après avoir pris le chemin le moins facile pour arriver au refuge, celui qui descend puis qui remonte, nous avons cherché autour de ce dernier pour trouver un endroit calme avec la plus belle des vues sur Tre Cimes di Lavaredo. Le point positif d’être à côté d’un refuge est de savoir que nous avions de l’eau pas très loin si besoin. Cependant, nous étions moins tranquilles que à Passo Pordoi car le soir, un groupe de personnes faisaient beaucoup de bruit juste à côté de nous et le lendemain matin notre tente s’est faite survoler de très près par un drone… Mais cela n’enlevait rien à la beauté du lieu.

wildroad_dolomites_trecimesdilavaredo3

wildroad_dolomites_trecimesdilavaredo

wildroad_dolomites-1332wildroad_dolomites-1419

Si cet article vous a donné envie de découvrir les Dolomites, je vous invite à lire mon article détaillé sur notre road-trip de 5 jours.

5 Comments

  1. Magnifique ! J’ai encore plus hâte d’y aller, ton itinéraire m’intéresse 😀
    Je viens avec toi quand tu veux et où tu veux randonner la prochaine fois moi haha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *