Les 18 plus beaux GR de France à faire en randonnée

Les plus beaux sentier de grande randonnée en France à faire

La France est un pays riche en diversité de paysages, ce qui en fait un terrain de jeu parfait pour les randonneurs. De nombreux sentiers de grandes randonnées, appellés GR, parcours ce pays de part en part. Voici une sélection des 18 plus beaux chemins à parcourir pour découvrir la France sous un autre jour. Cet article réunit des témoignage d’autres blogueurs et randonneurs qui ont réalisé ces randonnées et qui vous donneront envie de tenter l’aventure à votre tour.

1) GR R2 la grande traversée de l’île de la Réunion

Récit par le blog de Voyages infinis

Le sentier de grande randonnée du GR R2 la traversée de l'île de la Réunion. crédit photo : Voyages Infinis
Le GR R2 l’île de la Réunion

Durée : 10-12 jours
Distance : 142 km
Dénivelées : 10 918 m D+
Départ : Saint-Denis, la Réunion
Niveau : Difficile

Lors de mon premier séjour sur l’île de la Réunion, j’ai opté pour découvrir l’île en itinérance piéton. Je n’ai pris que deux-trois fois le bus pour rallier certaines étapes entre elles, sinon tout n’était que de la randonnée dans des paysages magnifiques. Et pour ce faire, j’ai emprunté une grande partie du célèbre et grandiose GR R2 : ce sentier accidenté long d’environ 142 kilomètres, traverse toute l’île du Nord au Sud, de Saint-Denis à Saint-Philippe. 

Ce GR vous surprendra tant par la splendeur que par la variété des paysages traversés. Les trois cirques au relief original (Mafate, Salazie et Cilaos), le massif du Piton des Neiges, le volcan actif du Piton de la Fournaise, vous feront alterner entre forêt humide tropicale, rivières, pentes et points de vue exceptionnels, ou encore paysages volcaniques d’aspect lunaire… 

Classée parmi les plus difficiles au monde, cette traversée enchanteresse découpée en 10-12 étapes nécessite une bonne condition physique et une bonne endurance (parfois plus de 8 heure de marche par jour sur un terrain pouvant être difficile). Vous trouverez des refuges à chaque étape avec possibilité de demi-pension, réservation conseillée.

En plus de savourer un spectacle sans équivalent, vous pourrez observer durant votre parcours différentes espèces animales et notamment quelques oiseaux endémiques de l’île comme le tuit-tuit ou le tec-tec.

Bref, un GR qui m’a laissé des souvenirs impérissables et que je ne peux que recommander !

2) La GRANDE RANDONNÉE du chemin de Saint-Guilhem

Récit par le blog de des Géonautrices

Le sentier de randonnées du Chemin de Saint-Guilhem en France. crédit photo : Les géonautrices
Le chemin de Saint-Guilhem

Durée : 12-13 jours
Distance : 243 km
Dénivelées : 5 700 m D+/ 6 630 m D-
Départ : Aumont-Aubrac
Niveau : Moyen

Nous sommes parties sur le Chemin de Saint-Guilhem par une fraîche journée d’automne sur l’Aubrac. Heureusement pour nous, dès le lendemain, le temps était de nouveau magnifique et il s’est maintenu comme tel jusqu’à la fin de notre randonnée… enfin, jusqu’à 45 minutes avant la fin, car si tout c’était bien passé jusque-là, nous avons vécu le déluge sur les deux derniers kilomètres. Mais ce n’est pas ça que nous avons retenu du superbe Chemin de Saint-Guilhem !

Nous avons adoré traverser les plateaux de l’Aubrac qui s’étendent parfois à perte de vue. Des plateaux arides et fascinants qui nous ont rappelé les hauts plateaux andins sur certains aspects. Nous avons apprécié traverser les belles forêts des Cévennes et les Causses de Sauveterre et Méjean. Et quid des magnifiques Gorges du Tarn et du superbe village médiéval de Sainte-Enimie ? Si vous saviez à quel point le Chemin de Saint-Guilhem est divers en termes de paysages et de patrimoine ! Nous ne pouvons que vous recommander de vous y intéresser pour le faire un jour.

Nous devons tout de même intervenir sur un point important : les nuits ! Nous avions fait le choix de faire le Chemin de Saint-Guilhem en bivouac principalement. Si cela a été possible par endroits, la majorité du sentier passe le long de terres et pâturages privés et entourés de fils de fer barbelé. Nous avons donc dû nous rabattre sur des campings, mais certains étaient déjà fermés à la mi-septembre, et sur des gîtes d’étape. Notre recommandation la plus importante est donc de faire ce GR en gîte d’étape et de prévoir le budget adapté. Vous partirez plus sereinement.

3) Le sentier du GR3 de la Loire sauvage à pied

Récit par le blog Histoires de tongs

La randonnée du GR3, la Loire sauvage à pied. crédit photo : Histoires de Tongs
GR3 La Loire Sauvage

Durée : 52 jours
Distance : 1100 km
Dénivelées : 15 500 m D+
Départ : Mont Gerbier-de-Jonc (Ardèche)
Arrivée : Saint-Nazaire (Loire-Atlantique)
Niveau : Facile

L’an passé, j’ai eu la chance de réaliser un rêve qui m’était cher : suivre la Loire à pied, de sa source (au Mont Gerbier-de-Jonc) à son estuaire (Saint-Nazaire), le long du GR3. Il faut savoir que je suis née dans le Val de Loire, et que les paysages ligériens ont bercé mon enfance. Ces dernières années, j’ai cependant quitté ma région natale, afin d’effectuer un tour du monde qui a duré 7 ans. De retour en France, j’ai ressenti le besoin de renouer avec mes racines et c’est ce qui m’a amenée à réaliser cette nouvelle aventure.

Il m’aura fallu un peu plus d’un mois pour parcourir le GR3 dans sa totalité, et moi qui m’attendais à cheminer le long d’un long fleuve tranquille, je peux vous dire que j’ai été surprise dès les premiers jours ! Tout d’abord, les paysages que l’on peut admirer le long de la Loire sont d’une diversité extraordinaire : du massif Auvergnat à la façade Atlantique, en passant par les bocages de Saône-et-Loire, les beautés méconnues du Nivernais, les grands espaces du Loiret ou encore les vignes d’Anjou, je n’ai connu sur ce parcours aucune lassitude. De plus, il ne vous aura pas échappé que les berges du fleuve royal sont jalonnées d’un héritage historique unique au monde : classé sur plus de 280km au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Val de Loire abrite de nombreux châteaux, comme ceux de Chambord, d’Amboise, de Chenonceaux ou de Chinon.

Qui dit grande randonnée dit aussi (et surtout) ravitaillement, et en matière de gastronomie, là encore, je n’ai pas été déçue ! En effet, le GR3 traverse une multitude de régions offrant au marcheur de savoureuses pépites culinaires. Je pense par exemple au crottin de Chavignol, qu’il faut assurément déguster avec un verre de Cheverny. Aujourd’hui, si je devais résumer mon voyage en quelques mots, j’insisterai cependant sur tout autre chose : c’est la sérénité qui règne sur le GR3 qui a été pour moi le plus beau des cadeaux. Arpenter seule, plus de 1000km, entourée par le chant des oiseaux et celui du vent dans les arbres, a été une expérience magique et hors du temps. 

4) GR10 la grande traversée des Pyrénées

Récit par Antoine Pidoux

La traversée des Pyrénées sur le sentier du GR10. crédit photo : Antoine pidoux
Le GR10, la traversée des Pyrénées

Durée : 47 jours
Distance : 920 km
Dénivelées : 55 000 m D+
Départ : Hendaye, Pays Basque
Arrivée : Banyuls, Pyrénées Orientales
Niveau : Difficile

Le GR10 est une sacrée expérience Pyrénéenne qui relie l’Atlantique (Hendaye) à la Méditerranée (Banyuls) à la seule force de ses jambes. On traverse des endroits remarquables où le mental et l’effort quotidien est sollicité, le dénivelé étant de 55 000 mètres positifs et 55000 mètres négatifs. Pour ma part, il aura fallu une quarantaine de jours pour parcourir ces 920 Km entre juin et juillet.

On abat du kilomètre. Tantôt dans un décor minéral, tantôt dans un paysage vert éblouissant, les paysages changent d’une vallée à l’autre. On touche du doigt la liberté dans un écrins de beauté. Le balisage rouge et blanc nous fait traverser les sites naturels emblématiques des Pyrénées comme le lac de Gaube, le vignemale et son glacier, le cirque de gavarnie, la réserve du Néouvielle, le lac d’Oô… mais aussi d’autres joyaux moins connus comme le lac d’Ilhéou ou l’étang d’Ayes. Au delà d’une semaine/dix jours, on passe un cap ! On déconnecte, on met les deux pieds dans une incroyable aventure humaine et on vit au rythme de la nature. Les nuits sont importantes, elles sont réparatrices. Ma fidèle tente était mon toit pour toute la traversée. Il existe néanmoins des refuges pour ceux désirant d’un peu plus de confort.

5) GR20 la traversée de la Corse

Récit par Sarah du blog Vents et voyages

La traversée de la Corse du nord au sud par le GR20. crédit photo : Vents et voyages
Le GR20 en Corse

Durée : 16 jours
Distance : 180 km
Dénivelées : 11 000 m D+
Départ : Calenzana, Corse du Nord
Arrivée : Conca, Corse du Sud
Niveau : Difficile

Le GR20, la grande traversée de la Corse de Calenzana à Conca, est érigé au statut des treks les plus mythiques d’Europe de part la beauté de ses paysages et ses étapes techniques. 

J’ai eu l’occasion d’arpenter les sentiers de ce GR20 le long de ses 180km pour environ 10000 mètres de dénivelé lors d’un été, début juillet, et je ne peux que confirmer les rumeurs propagées. Le GR20 est magnifique, le GR20 est très technique. Mais rien qui ne soit impossible au commun des mortels avec un peu d’entraînement. 

Découpé en 16 étapes officielles, l’itinéraire commence au nord dans le village de Calenzana situé à quelques kilomètres de Calvi, et rejoint Conca sur la côte est, juste au nord de Porto Vecchio. Bien que ce soit le sens initial et celui souvent décrit dans les topo, il est tout à fait possible de le réaliser dans le sens inverse, du sud au nord, notamment au mois de juin quand de nombreux névés persistent au nord.

La partie au nord et la partie au sud sont complètement différentes. La première traverse un paysage plus minéral au milieu des hautes montagnes Corse avec de nombreux passages techniques ou les mains te servent autant que les pieds pour grimper dans les rochers, ainsi que de très nombreux pierriers. Le chemin est donc très loin d’être roulant ; d’où les longues durées estimées pour peu de kilomètres ou de dénivelé. La portion au sud de Vizavonna, bien qu’avec des sections un peu plus roulante en forêt, n’en n’est pas moins difficile. Les étapes plus longues, souvent très exposées au soleil, demandent un effort différent pour rejoindre le refuge le soir. Cependant, le nord et le sud ont tous deux en commun leurs paysages grandioses sur les montagnes et le littoral Corse. A chaque nouvelle journée, un nouveau décor. Et c’est vraiment ce qui m’a le plus émerveillée dans ce GR20, au delà du challenge sportif. Les grandes prairies fleuries succèdent aux piscines naturelles creusées dans les rivières tumultueuses, les lacs de montagnes scintillent depuis les crêtes rocheuses, les cascades se dévoilent au milieu des forêts de pins, le bleu de l’océan se découvre au gré des sentiers.

Le GR20 m’a conquise et qu’il soit réalisé en 10, 16 ou 21 jours, c’est une expérience incroyable que je recommande à tous les amoureux de la nature et de la Corse. 

6) GR5 la grande traversée des Alpes

Récit par Clara Ferrand du blog Wildroad.

La grande traversée des Alpes via le GR5, un sentier de grande randonnée difficile en France. crédit photo : Clara Ferrand - blog WIldroad
Le GR5, la traversée des Alpes

Durée : environ 100 jours
Distance : 2280 km
Dénivelées : 50 000 m D+
Départ : Berg-op-zoom, pays-Bas
Arrivée : Nice, Alpes-Maritimes
Niveau : Difficile

Pour cet article sur les plus beaux sentiers de grande randonnée de France, je ne pouvais pas passer à côté du GR5. Bien que je (Clara) n’ai trouvé personne de partant pour me faire le récit de cette traversée, j’ai souhaité vous parler de cette randonnée qui traverse plusieurs massifs pré alpins et alpins que j’ai eu la chance de découvrir au cours de ces dernières années.

Le GR5 est un sentier qui commence au niveau du massif des Vosges pour se terminer dans la Méditerranée. Pour le réaliser en entier, il vous faudra plusieurs mois et beaucoup de persévérance. Parmi les étapes phares se trouvent le lac d’Anterne, les glaciers de la Vanoise, le Mont Thabor et plein d’autres sommets emblématiques des Alpes Françaises.

7) GR21 le sentier des falaises en Haute-Normandie

récit par le blog Mi fugue mi raison

Le sentier des falaises en Haute-Normandie, le GR21. crédit photo : Mi fugue mi raison
Le GR21 le sentier des falaises en Haute-Normandie

Durée : 8 à 10 jours
Distance : 180 km
Dénivelées : 2 782 m D+
Départ : Le Havre
Arrivée : Le Tréport
Niveau : Facile

La Normandie n’est pas le premier coin de France auquel on pense lorsqu’il s’agit de grande randonnée. C’est ignorer l’existence du GR21, surnommé sentier des falaises ! Un chemin étonnamment peu fréquenté, mais dont les paysages et l’ambiance valent l’effort physique.
Ce que nous avons préféré : l’immense falaise de craie blanche, qui s’étire d’un bout à l’autre de la Haute-Normandie. Marcher sur la crête, admirer la mer, les mouettes et les nuages bas, voilà un spectacle dont on ne se lasse pas. Sans oublier les pauses pique-nique sur les criques de galets et les baignades vivifiantes dans la fraîcheur des vagues.

L’autre attrait de cette randonnée, ce sont les villes, villages et stations balnéaires traversés. Citons Etretat, Fécamp, Veules-les-Roses et Dieppe pour les plus connus. Même au mois d’août, l’ambiance y est paisible, loin de l’affluence de la Côte d’Azur. Une certaine poésie flotte dans l’air, entre les cabines de plage, les cerfs-volants, les pêcheurs à l’épuisette.
D’un point de vue pratique, l’organisation est simplissime grâce aux nombreux villages traversés. Nous avons marché avec la tente sur le dos et dormi en campings, mais les chambres d’hôtes sont nombreuses. Voici donc une bonne idée de randonnée sur plusieurs jours, sans la foule, avec un charmant patrimoine culturel normand en prime !

8) GR34 le sentier des douaniers en Bretagne

Récit par Laurianne du blog Un pied dans les Nuages et Marie de Perspectives de voyage

Le GR34 le sentier des douaniers en Bretagne. crédit photo :  Perspectives de voyages
Le GR34, le sentier des douaniers en Bretagne

Durée : 80 jours
Distance : 2 000 km
Dénivelées : 20 782 m D+
Départ : Saint-Nazaire
Arrivée : Le mont Saint-Michel
Niveau : Moyen

Le GR34 ou « sentier des douaniers » est un itinéraire de grande randonnée qui vous fait parcourir le littoral breton, du Mont Saint-Michel jusqu’à Saint-Nazaire, sur environ 2 000 km.

J’ai pour ma part (Laurianne) parcouru le GR34 sur sa première grande étape, à partir de Cancale jusqu’à La Pointe du Grouin. Je manquais un peu de temps, donc j’ai pris le bus de Saint-Malo à Cancale, puis je l’ai récupéré à La Pointe du Grouin, mais j’aurais aimé pouvoir faire toute la portion du GR34.

Le GR34 de Cancale à La Pointe du Grouin, c’est des montées et des descentes. Des belles plages, fréquentées, mais pas trop, comme celle de Port Mer. Des petits ports. Des huîtres à déguster sur le pouce à Cancale à 4 euros la douzaine. Des gens, mais pas tellement. Une fois arrivée à la Pointe du Grouin, on peut apercevoir très loin le Mont Saint-Michel. Et on peut continuer le chemin jusque Saint-Malo si on veut, courage, il ne vous restera plus qu’une vingtaine de kilomètres. 

De mon côté (Marie), j’ai eu la chance de parcourir le GR 34 le long de la côte de Granit Rose, entre Ploumanac’h et Perros-Guirec. Sur cette portion, la côte est parsemée de blocs de granits aux formes étranges, sculptées par la mer et le vent depuis des millions d’années. 

Mais ce qui rend le littoral si saisissant, c’est bien la couleur si particulière des blocs de pierre, qui font la renommée de la région. Du rouge au marron, en passant par un rose éclatant, les rochers ont ici une beauté qui leur est propre. Un conseil : ne manquez pas de venir assister ici au coucher du soleil. Le spectacle est absolument sublime. 

Bon à savoir aussi : en haute saison, une ligne de bus dessert de nombreux arrêts le long du GR34 de Cancale à Saint-Malo. 

9) le Tour du Mont-Blanc

Récit par Amélie du blog Hellolaroux

Le tour du Mont Blanc, un sentier de grande randonnée en France. crédit photo :Amelie de Hellolaroux
Le tour du Mont-Blanc

Durée : 7 à 10 jours
Distance : 170 km
Dénivelées : 10 383 m D+
Départ et arrivée : Les Houches, Haute-Savoie
Niveau : Difficile

Le tour du Mont Blanc (TMB pour les intimes) est un sentier de grande randonnée de type boucle. Le départ et l’arrivée se font donc au même endroit. La plupart des randonneurs partent depuis les Houches et parcours le TMB dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Véritable référence dans le milieu outdoor, le tour du Mont Blancest l’un des GR les plus populaires de France. L’accessibilité du massif alpin et son emplacement démographique le positionnent aussi comme un GR parmi les plus beaux de France. C’est donc à travers la Haute-Savoie, l’Italie et la Suisse, qu’on s’élance sur ce sentier de 170 kilomètres pendant 7 à 10 jours de marche. De nombreuses variantes sont possibles pour celleux qui voudraient arpenter des portions plus aériennes. 

Parmi les plus belles étapes du tour du Mont Blanc, on note le col du Bonhomme à 2329m d’altitude qui offre un panorama exceptionnel sur les lacs Jovet, la réserve des contamines, les Roches Merles ainsi que le Beaufortain. Coup de cœur pour le col de la Seigne (2516m) et le Val Vény qui marque la frontière franco-italienne. Surplombé par l’Aiguille des glaciers, le Mont Percé, ou encore l’Aiguille Blanche de Peuteurey, le panorama depuis le cairn sur le massif du Mont-Blanc est incroyable et la randonnée sur le plateau jusqu’au refuge Elisabetta est un pur plaisir. Depuis le refuge Bertone jusque celui de Bonatti, le balcon sur les Grandes Jorasses vous en mettra plein la vue et le passage du col Grand Ferret compte parmi les belles étapes de ce GR. Retour ensuite sur le versant français pour finir en beauté ce tour du mont blanc en passant par le superbe Lac Blanc et col du Brévent. 

10) GR52 la vallée des merveilles dans le Mercantour

Récit par Lise du blog Making the road

Le GR52, la vallée des merveilles dans le Mercantour, un des plus beaux sentiers de randonnée de France. crédit photo : Making the road
Le GR52, la vallée des merveilles dans le Mercantour

Durée : 16 jours
Distance : 118 km
Dénivelées : 12 900 m D+
Départ St Dalmas de Valdeblore
Arrivée : Menton, Alpes Maritimes
Niveau : Difficile

Le GR52 ou chemin de Grande Randonnée 52 parcours les Alpes Maritimes sur 118km en approximativement 16 étapes. Il traverse le majestueux Parc National du Mercantour de St Dalmas de Valdeblore à Menton, des Alpes à la Mer Méditerranée. J’ai marché à plusieurs reprises sur des petits tronçons avec des nuits en refuge en étè comme en hiver : Le Boréon, la Madone de Fenestre, la vallée de la Roya et l’incroyable Vallée des Merveilles. 

Cette randonnée dans la Vallée des Merveilles est une des plus magique que j’ai pu faire en France. J’ai eu l’occasion de la visiter en Mai sur deux jours avec là aussi une nuit au refuge des Merveilles. On y va pour découvrir les mystiques peintures rupestres de l’âge du bronze sous le regard du Mont Bego dont le sommet atteint 2872 mètres d’altitude. Un guide est bienvenu pour accéder aux gravures car elles sont cachées dans tout le massif et aide la compréhension et interprétation de ces témoignages. Le GR52 permet d’accéder aussi à de sublimes points de vue, on peut voir la Mer Méditerranée et même la Corse par temps exceptionnel. On passe à côté de lacs glaciaires et de vestiges de la guerre tout au long du chemin et on y croise les bouquetins et de chamois. 

11) GR71 le tour du Larzac

Récit par Benoît du blog Des yeux plus grands que le Monde

Le beau sentier de randonnée GR71 du tour du Larzac . Crédit photo :Benoit Richet

Durée : 5 jours
Distance : 87,5 km
Dénivelées : 3 000 m D+ environ
Départ et arrivée : Millau
Niveau : Moyen

Le Tour du Larzac à pied par le GR71 (C et D) est non seulement une randonnée sportive de 5 jours à travers les paysages emblématiques du Larzac (Causse, contreforts, cirque de Tournemire, etc.) et c’est aussi un voyage dans l’histoire des Templiers et des Hospitaliers à l’époque des croisades (ne pas manquer les villages médiévaux de Ste Eulalie de Cernon, Viala-Pas-de-Jaux la Couvertoirade et la Cavalerie).

Pendant cette belle randonnée itinérante, je me suis laissé surprendre par les paysages superbes et très vert des contreforts malgré la canicule de cette année 2018 et l’impression d’immensité lorsqu’on est sur le plateau tellement les vues offrent un regard lointain. Sur le plateau, j’ai aussi réalisé comme la nature peut rendre la vie difficile et en même temps, laisser un vrai sentiment de liberté. 

Ce GR peu fréquenté en été car il y fait très chaud (il est plutôt conseillé de le parcourir en mai, juin ou septembre) m’a aussi fait plonger dans une histoire de chevalier qui a passionné mon enfance. Il m’a permis de faire connaissance avec ses habitants et leur engagement et enfin j’ai pu y découvrir de magnifiques villages médiévaux parfaitement conservés et qui donnent parfois l’impression de traverser le pays en armure.

Il est possible de partir sur ce tour à partir d’un des villages traversés soit Ste Eulalie de Cernon, Viala-Pas-de-Jaux, Cornus, la Couvertoirade, Nant ou la Cavalerie.

12) La grande traversée du Jura (GTJ)

Récit par Marion de Gros Bécot

Durée : 15 à 20 jours
Distance : 415 km
Dénivelées : 11 500 m D+
Départ : Mandeure, Doubs
Arrivée : Culoz, l’Ain
Niveau : Moyen

La Grande Traversée du Jura (GTJ) passe par 2 GR : le 5 et le 9. Presque 400 km en tout pour découvrir le Jura, du nord au sud, l’altitude la plus basse étant 235 m et la plus haute 1720 m.

Sur votre chemin vous croiserez des forêts, de petits villages, des cascades, des lieux historiques, et si vous êtes discrets, des animaux. Sur la fin du trajet, sur les crêtes, la vue est magnifique : d’un côté la Suisse et de l’autre la France. 

Il est possible de bivouaquer, mais pas partout. Dans le parc national c’est interdit mais il existe des refuges, des auberges et des chambres d’hôtes qui permettent de passer la nuit sur place. 

J’ai pu faire environ 100 km sur la partie la plus sauvage : des Rousses jusqu’à Bellegarde-sur-Valserine. Les étapes phares du parcours que j’ai emprunté (environ 100 km faisables en 4-5 jours en randonnée itinérante) sont : départ Les Rousses – Le Bief de la Chaille – Crêt Pela – Lajoux – Moussière – L’Embossieux – La Borne au Lion – Niaizet – Lélex – Crêt de la Neige – Bellegarde-sur-Valserine. Ce trajet est intéressant aussi parce qu’une gare se situe aux Rousses et une autre à Bellegarde-sur-Valserine.

13) GR54 le tour de l’Oisans

Récit par Sarah du blog Vents et Voyages

Le GR54, le tour de l'Oisons, un randonnée grandiose en France. crédit photo : Vents et Voyages

Durée : 9 jours
Distance : 200 km
Dénivelées : 12 000 m D+
Départ et arrivée : Bourg d’Oisans
Niveau : Difficile

Le GR54, aussi connu comme le tour de l’Oisan et des Ecrins, est une magnifique boucle sportive de près de 200km et 12000 mètres de dénivelé autour du massif des Ecrins. A cheval entre l’Isère et les Hautes-Alpes, le sentier commence usuellement à Bourg d’Oisans même si d’autres portes d’entrées sont possibles au niveau des différents villages qui jalonnent ce tour, à l’instar de Vallouise. 

J’ai réalisé ce trek mi-septembre en autonomie et j’ai vraiment apprécié la tranquillité sur les sentiers à cette période de l’année, me permettant de profiter d’autant plus des paysages grandioses traversés au cour de ces 9 jours de marche. Le GR54, reconnu comme technique et parfois engagé (selon les variantes empruntées), s’adresse plus à des randonneurs sportifs et expérimentés, ayant l’habitude de la haute montagne qu’à des débutants, notamment de part la difficulté de certaines étapes. 

Si je devais sélectionner les sections qui m’ont particulièrement enchantées, je te parlerais tout d’abord du plateau d’emparis et ses lacs, situés dans un cadre grandiose face à la Meije. Une vision incroyable après un bel effort pour y accéder. Ensuite, je mentionnerais le col d’Arsine pour son décor minéral et coloré, où les marmottent jouent à cache cache entre les énormes blocs de roches disséminés de part et d’autres d’une rivière à la couleur si laiteuse qu’elle en paraît irréelle. 

Je termine cette liste par la partie que j’ai préférée, le désert de schiste entre le col de l’Aup Martin et le col de Vallonpierre. Un paysage lunaire tel qu’on n’en voit pas souvent, dominé par les glaciers du Sirac. Il s’agit de la section la plus sauvage de ce trek, au cours de la laquelle nous n’avons traversé aucun village pendant 2 jours. Seuls quelques refuges encore ouverts à cette période de l’année nous permettent d ‘épancher notre soif et de remplir nos ventres à coup de chope de bière et de tarte aux myrtilles. 

En conclusion, malgré la difficulté annoncée, les efforts sont vites oubliés face à la beauté des paysages traversés tout au long de ce GR54. La période recommandée pour ce trek est de début juillet à fin septembre après la fonte des névés et avant que les nuits soient trop fraîches.

14) GR340 le tour de Belle-Île-en-Mer

Récit par Clara du blog Wildroad

Le tour de belle-île-en-mer à pied sur le beau GR340. crédit photo : Clara Ferrand - blog Wildroad
Le tour de Belle-île-en-Mer à pied sur le GR340

Durée : 3,5 jours
Distance : 73 km
Dénivelées : 3000 D+
Départ et arrivée : Le Palais
Niveau : Moyen

Le tour de Belle-île-en-mer est un itinéraire de grande randonnée en France qui fait partie de l’un des plus beaux. Il est la continuité du GR34, le sentier des douaniers, qui fait le tour de la Bretagne par la côte. Belle-île-en-mer est un endroit dont on tombe obligatoirement amoureux au premier regard. Le GR340 fait le tour de cette île au large du Morbihan en 4 jours, voir en 3 pour les plus sportif.

C’est en Septembre que j’ai eu l’occasion de me rendre sur cette île pour en découvrir toute la beauté. Ses falaises paraissent un peu plus belle chaque jour passé en plus sur le sentier de randonnée. Le meilleur moment pour parcourir le GR340 est le printemps, lorsque les fleurs recouvre l’île par millier et que les aiguilles de Port Coton sont teintées par les couleurs du coucher de soleil.

15) GR400 le tour du volcan cantalien

Récit par Marie du blog la Baroudeuse Voyage

Le GR400 le tour du volcan cantalien sur l'un des plus beaux sentier de randonnée de France. crédit photo : la baroudeur voyage - Marie Herblot

Durée : 8 jours
Distance : 140 km
Dénivelées : 6100 D+
Départ et arrivée : Murat
Niveau : Moyen

En plein coeur du Parc des Volcans d’Auvergne sillonne le GR 400 qui, pendant 140 km, fait le tour du massif cantalien, un des volcans les plus importants d’Europe. Pour en venir à bout, il vous faudra crapahuter pendant huit jours et affronter ses 4635m de dénivelé cumulé. Des efforts qui ne sont pas vains puisque le GR 400 vous emmène sur les principaux sommets du volcan à savoir le Plomb du Cantal, à 1855m d’altitude, et le Puy Mary à 1787m. 

Le GR part de Murat, facilement accessible en train depuis Paris. Il chemine à travers forêts et pâturages pour monter en douceur sur la ligne de Crêtes avant de redescendre au Lioran, première étape du parcours. C’est à partir de là que les paysages deviennent incroyables. Tout autour de nous, les Puys nous surplombent et une fois là-haut, nous offrent des vues spectaculaires. A chaque nouvelle montée, le paysage nous éblouit. Le point de vue sur les orgues, après le Puy Mary est particulièrement magnifique. 

Le GR traverse de grands plateaux sur lesquels les fameuses Salers paissent tranquillement, on croise également quelques chevaux. À chaque étape un nouveau village, aussi mignon que le précédent, permet de recharger les batteries et de nous ravitailler. L’étape de Mandailles à Lafon est particulièrement belle. Elle monte au col du Pertus puis continue sa lancée vers les crêtes avec en toile de fond le Puy Griou. Vers la fin du parcours, après plusieurs jours de marche, le GR s’enfonce de plus en plus dans les bois et ressort juste à temps pour monter sur le Col de la Chèvre, dernière étape avant le Plomb du Cantal, point culminant de ce trek. La dernière étape se fait quasiment tout au long d’une large piste forestière qui descend jusqu’à Murat, et boucle ce parcours de huit jours sur le Gr 400.

16) Le sentier de Saint Jacques de Compostelle

Récit par mathilde du blog Voyager en photos

Le sentier de grande randonnée de Saint-Jacques-de-Compostelle. crédit photo : Mathilde de Voyager en Photo
Saint-Jacques de Compostelle

Durée : 1 à 2 mois
Distance : 605 km
Dénivelées : variable selon les voies
Départ : différents départ selon la voie empruntée
Arrivée : Saint-Jacques de Compostelle
Niveau : Moyen

Il n’y a pas un mais des Chemin de Saint-Jacques, puisque à l’origine, le pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle en Espagne se fait depuis chez soi. Ces chemins se raejoignent au fur et à mesure que l’on avance vers la destination. En France, il y a 4 voies principales, qui démarrent respectivement de Paris, Vézelay, Le Puy en Velay et Arles, dont les 3 premières se retrouvent au niveau de Saint-Jean-Pied de Port dans les Pyrénées Atlantiques.

Il y a de nombreuses raisons de parcourir le Chemin de Compostelle : cela peut-être pour sa religion, faire le point sur soi, l’envie de faire des rencontres (on y échange bien plus facilement que sur les GRs classiques), ou simplement faire du tourisme et prendre l’air !

Pour se lancer, on peut commencer par partir sur un bout de chemin. Grâce à sa forte fréquentation, de nombreux services ont été mis en place pour faciliter la vie des pèlerins (notamment des services de transfert de bagages et de voyageurs). On trouve également des gîtes et de quoi se ravitailler dans tous les villages traversés. On peut donc très facilement n’en parcourir que de courts tronçons.

Pour ma part, j’ai réalisé 4 étapes de la Voie Podiensis (la Voie du Puy) au cours de 2 voyages distincts. Cette voie est réputée pour être l’une des plus belles avec la traversée de la Margeride, du Plateau de l’Aubrac et je vous confirme que les paysages sont magnifiques. Le sentier continue ensuite dans la Vallée du Lot en traversant plusieurs villages classés parmi les Plus Beaux de France avant d’atteindre Conques et sa magnifique abbatiale romane. Mais ce que j’ai trouvé le plus fort sur le Chemin de Compostelle, c’est la quantité de rencontres que l’on peut y faire (et pourtant je n’ai pas marché bien longtemps !). Lors de mon deuxième séjour j’étais partie en solo, mais j’ai rarement marché seule. Au bout d’une heure où deux j’ai fait la connaissance d’autres randonneurs avec qui j’ai partagé des pauses piques niques et des pauses cafés. Si l’on ne dort pas forcément aux mêmes endroits, on se recroise forcément à un moment où à un autre sur le chemin puisse que tout le monde fait à peu près les mêmes étapes. Compostelle est ainsi autant une expérience de randonnée qu’une belle expérience humaine (et cela même si l’on a aucune croyance religieuse !).

17) GRP le tour du Beaufortain

Récit par le blog de I-Trekkings

Le GRP du tour du Beaufortain, un sentier de grande randonnée. crédit photo : Gregory de Itrekking
Le GRP du tour du Beaufortain

Durée : 7 jours
Distance : 100 km
Dénivelées : 5700 D+
Départ et arrivée : Alberville
Niveau : Moyen

Massif des Alpes, pays du Beaufort, le Beaufortain se situe au centre des massifs du Mont-Blanc, de la Vanoise et des Bauges. J’aime beaucoup ce secteur des Alpes pour la variété de ses paysages et ses alpages.

Un GRP permet d’en faire le tour en une semaine de marche. Il est possible de l’effectuer en bivouac ou en refuge. J’ai opté pour le refuge. La boucle au départ du village de Queige fait presque 100 km pour 5700 m de dénivelé positif comme négatif.

C’est un itinéraire de difficulté moyenne lorsqu’il est réalisé comme moi en 7 jours avec quand même une ou deux étapes un peu longue et avec du dénivelé. L’itinéraire s’adresse donc à des randonneurs habitués à marcher 7 heures en montagne avec un sac à dos chargé.

Mon coin favori sur ce tour du Beaufortain est la 4ème étape entre le refuge de la Croix du Bonhomme et le refuge du Presset. Elle enchaîne les spots de rêve : crête des Gittes, combe de la Neuva (superbe l’hiver aussi !), col du Grand Fond (2671 m) pour redescendre vers le lac du Presset et son refuge éponyme. En toile de fond, le mythique sommet de la Pierra Menta (2714 m) qui a donné son nom à la course de ski alpinisme. Le soir venu, le spectacle de la nature est juste dingue. A lui seul, il fait oublier aux randonneurs la fatigue de la journée.

Vidéo, trace GPS et récit de mon tour du Beaufortain sur I-Trekkings.

18) GR58 le tour du Queyras et du Mont-Viso

Récit par Nicolas Leroux.

Durée : 9 jours
Distance : 181 km
Dénivelées : 11 170 D+/ 11 180 D-
Départ et arrivée : Ceillac
Niveau : Difficile

Si tu veux réaliser un tour du Queyras insolite en sortant par moment du GR58®, et prolonger la découverte de la région en ajoutant la partie Italienne, ce tour est fait pour toi. Chemin de crêtes, sommets, montagnes brut et minéral, col supérieur à 2800m, bouquetins, et peut être quelques loups si tu es chanceux ! Tu peux même si l’envie te dit t’affronter au mythique mont Viso. Cette randonnée demande un peu de condition physique mais ravira les sportifs en quête de grands espaces, à l’écart des montagnes plus fréquentées du Nord des Alpes. 

Côté logement, ce tour peut se faire en bivouac ou en refuge. Hors période d’ouverture des refuges, il vaut mieux avoir sa tente, et mixer avec quelques bivacco (Type de cabane non gardée) côté italien.

N’hésitez pas à commenter cet article avec votre GR préféré et à le partager avec votre binôme de randonnée.

À bientôt sur Wildroad !

8 Commentaires

  1. Quelques uns me faisaient déjà de l’oeil (Belle-Île, TMB, Corse) ; je suis ravie d’en découvrir de nouveaux !
    Avec le Chemin de Compostelle, une section de 145 kms sur le GR34 autour de la Péninsule de Crozon et le GR58 à mon actif, la moitié du GR4 en préparation pour juin, j’espère un jour pouvoir rallonger la liste des merveilles parcourues en France ! Merci pour ce joli récapitulatif d’idées de sentiers à découvrir !
    Bons chemins !

  2. Le sentier de Saint Jacques de Compostelle Est tout simplement magnifique des que je peux j’irais visiter cet endroit comme toujours merci de nous montrer des superbes destination. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *